Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2350 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2012

[Cameroun] Le directeur d'une ONG opposée au projet de HERAKLES Farms et trois de ses collègues arrêtés

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cameroun : Le directeur d’une ONG opposée au projet de HERAKLES Farms et 3 de ses collègues arrêtés

Published: 16 Nov 2012

Posted in:  Cameroon | Herakles Farms

Le rapport N° 40 (juin 2012) de l'Observateur indépendant du contrôle forestier auprès du ministère camerounais des forêts et de la faune a clairement établi que les opérations de défrichement de la forêt par la société SGSOC étaient illégales

CED | 16 Novembre 2012

Cameroun : Le directeur d’une ONG opposée au projet de HERAKLES Farms et 3 de ses collègues arrêtés

Deux ONG dénoncent l'arrestation de Nasako Besingi, directeur de l'ONG Struggle to Economize the Future Environment (SEFE) basée à Mundemba (Sud-Ouest du Cameroun). Il a été arrêté le 14 novembre 2012 par des éléments de la gendarmerie nationale et est depuis détenu dans les locaux de la gendarmerie à Mundemba. Nasako Besingi a été arrêté dans les bureaux de l'ONG SEFE, avec trois de ses collaborateurs.

Nasako Besingi est connu pour avoir été l'acteur le plus visible du débat sur le projet de mise en place par la société américaine HERAKLES d'une plantation controversée de palmiers à huile de 73 000 hectare dans le Sud-Ouest du Cameroun. En sa qualité de porte parole de communautés inquiète des développements actuels du projet, Nasako a travaillé sans relâche pour s'assurer que les points de vue des populations de la zone de projet soient entendus. Il a fait l'objet de harcèlement constant, de la part de supporters du projet et de la compagnie SGSOC (HERAKLES), qui a par ailleurs engagé récemment des poursuites en justice contre lui.

La présence de la société HERAKLES dans la région a toujours été perçue comme un facteur d'insécurité pour ceux qui s'opposent au projet, et comme une menace pour les droits des communautés locales. Ses opérations sont entachées de plusieurs éléments d'illégalité. Ainsi par exemple, la convention d'établissement liant la compagnie SGSOC à l'Etat donne le droit à la société d' « arrêter et de détenir » toute personne traversant sa concession. Cette disposition constitue une violation du droit national, et des conventions internationales ratifiées par le Cameroun. De plus, la compagnie ne dispose pas de contrat de bail avec l'Etat, et n'a donc pas le droit de conduire des opérations dans la zone où elle se trouve. Enfin, le rapport N° 40 (juin 2012) de l'Observateur indépendant du contrôle forestier auprès du ministère camerounais des forêts et de la faune a clairement établi que les opérations de défrichement de la forêt par la société SGSOC étaient illégales, parce qu'elle n'a pas suivi la procédure prévue par les textes en vigueur pour jouir du droit d'utiliser des espaces de forêts.

Bien plus, la compagnie « n'a pas répondu à la convocation [des services locaux du ministère des forêts et de la faune], et a plutôt continué ses activités ».

« Il est tout de même curieux, a déclaré Samuel Nguiffo du Centre pour l'Environnement et le Développement (CED), que les opérations de la compagnie se poursuivent, alors même qu'il existe de nombreuses preuves de leur illégalité, et que ceux qui attirent l'attention sur ces violations systématiques de la loi soient inquiétés par les autorités. Nous demandons l'arrêt immédiat des opérations de la société SGSOC, et la libération immédiate de Nasako Besingi et de ses collègues ».

Pour Brendan Schwartz du Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA), « Le projet de plantation de palmiers à huile de SGSOC n'est pas un projet de développement. Le Cameroun n'a pas besoin d'investisseurs comme SGSOC qui ne respectent pas le droit de l'Etat et violent les droits des populations. Nasako et ses collègues sont des héros pour le Cameroun, et des modèles pour la jeunesse. Ils ont un combat noble, pour le respect de la loi et pour un développement durable et équitable au Cameroun. Nasako et ses collègues n'ont rien à faire dans une cellule. Ils doivent être immédiatement libérés ».

Pour plus d'informations, contacter :

Samuel Nguiffo (CED) 99 95 28 49 snguiffo@yahoo.fr snguiffo@cedcameroun.org

Brendan Schwartz (RELUFA) 79 82 81 20 bschwartz@relufa.org

Télécharger le Comuniqué de presse des ONG ici

Source: CED

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra