Congo : Sassou Nguesso veut requalifier l'affaire Boukadia, une affaire déjà jugée

DENIS SASSOU NGUESSO veut requalifier l'acte d'accusation en ajoutant "Détention d'armes de guerre" à l'encontre de Modeste Boukadia qu'il avait condamné à 30 ANS DE TRAVAUX FORCES pour avoir tenu des meetings populaires à Pointe-Noire, en 2013, contrairement à L'ARRÊT DU 31 MARS 2014.

Congo : SassouNguesso veut requalifier une affaire déjà jugée

jugement-arret-14-mars-2014-p1
DENIS SASSOU NGUESSO veut requalifier l'acte d'accusation en ajoutant "Détention d'armes de guerre" à l'encontre de Modeste Boukadia qu'il avait condamné à 30 ANS DE TRAVAUX FORCES pour avoir tenu des meetings populaires, à Pointe-Noire, en 2013, contrairement à L'ARRÊT DU 31 MARS 2014 de la Cour d'Appel de Pointe-Noire.

Parce qu'ils s'encombrent de la justice puisque Emmanuel YOKA, par le biais de son directeur de Cabinet, Alphonse Dinar MOBANGA, déclare : « *le Gouvernement congolais, présidé par M. Sassou N’Guesso, ne reconnaît pas la compétence de l’ONU sur ce qu’il se passe au Congo-Brazzaville. Quant à l’avis des Nations Unies, nous ne le reconnaissons pas. Ils n’ont pas voulu faire appel de leurs condamnations, maintenant on nous parle de l’ONU… Pourquoi M. Boukadia n’a-t-il pas écrit pour solliciter un non-lieu ?* »

jugement-arret-14-mars-2014-p2
En tout cas, ce serait pour tout le moins ubuesque, car c’est une affaire déjà jugée ! Que M. Yoka se soit mal prévalu de la notion de souveraineté est un fait, mais de faire rajouter un chef d’accusation sur une affaire déjà jugée alors qu’aucun faisceau n’aura présumé de cette qualification tant aux moments des investigations (si investigations il y a eu) qu’aux moments des incarcérations, certaines. Et cette charge n’aurait été découverte que 9 ans après la saisine en ayant, ô coïncidence, relâché cette année même le dernier prisonnier injustement incarcéré ? C’est d’une plaisanterie sans bornes !

https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1198293416997793795?s=20

 Il convient de retenir qu'au pays des Sassou & Nguesso, tout est possible..., même la fabrication des preuves post-jugement.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.