Ceux qui soutiennent les despotes sont complices de leurs actes...

Les droits de l’Homme sont-ils seulement l’apanage des pays dits « riches » ? Les ressortissants des pays dits « pays du Sud ou en voie de développement », doivent-ils subir les caprices de leurs dirigeants ? Nous sommes au XXIe siècle, allons-nous dire, un jour que nous n’étions pas informé(e)s ?

Divorces: enfants premières victimes - Ceux qui soutiennent les despotes sont complices de leurs actes : exemples situations au Congo-Brazzaville et au Congo-Démocratique

 par Baya Delphine <baya.amaf@yahoo.fr>

Bonjour,

Avant-hier, j’ai été réveillée par une maman  à cause d’une gifle que son enfant lui a donnée. Devant cette situation, j’étais d’abord surprise qu’un adolescent de 14 ans puisse avoir une telle attitude à l’égard de sa maman qui se dévoue tant pour lui. J’ai alors pris le temps d’écouter le fils, mais j’étais peinée pour la maman. D’autant plus que je sais tout ce  qu’elle fait pour son fils.

Ne retrouvant plus les coordonnées du père de cet adolescent,  j’aurai souhaité lui demander de prendre du temps pour rendre visite à son fils et d’échanger avec ses enfants, même s’il a refait sa vie. Quelle souffrance !

Il y a quelques mois, le petit frère de ce garçon avait posé la question suivante à sa maman « Maman, est-ce que j’ai un père ?».

Au contact de plusieurs familles, je constate très souvent lors des divorces, les enfants sont les premières victimes. Comme je le dis souvent aux familles qui font appel à nous : « Nous ne pouvons jamais nous substituer aux parents, nous sommes là uniquement pour les accompagner. Accompagner leur enfant à grandir dans de bonnes conditions et à devenir des citoyens responsables et avisés… ».

Hier matin, une amie du Congo-Démocratique attirait mon attention sur la durée du 2e mandat de  M. KABILA, son 2e mandat avait pris fin depuis décembre 2016, il avait déjà refusé de quitter le pouvoir et avait promis de partir fin décembre 2018, après la proclamation des résultats des élections présidentielles. Nonobstant, il n'a pas hésité de demander à ses gardes d'incendier les locaux de la CENI, donc plus d’élections  présidentielles, législatives…  Il  cherche encore par tous les moyens à diviser l'opposition et profiter de la situation pour  prolonger encore la durée de son mandat. Et au peuple de subir encore une fois de plus.

Comment de tels despotes peuvent-ils infliger à leur peuple tant de souffrances  sans  que l’opinion internationale et les organismes de droit de l’Homme puissent réagir?

Trouvez-vous normal que l'épouse d'un Président de la République prenne la parole sur une chaîne de télévision pour insulter les opposants et affirmer que le dauphin choisi par son époux, sera élu Président de la République,  succédera à son époux; avant même que les élections ne soient organisées?

Les droits de l’Homme sont-ils seulement l’apanage des pays dits « riches » ? Les  ressortissants des pays  dits « pays du Sud ou en voie de développement », doivent-ils  subir  les caprices de leurs dirigeants ? Nous sommes au XXIe siècle, allons-nous dire, un jour que nous n’étions pas informé (es).

En effet, je suis aussi surprise par le silence de certains médias sur la situation qui prévaut actuellement au Congo-Brazzaville. Au Congo-Démocratique, la presse Belge en parle et dénonce les agissements du pouvoir de M. KABILA. Au Congo-Brazzaville, c’est le silence total. « Circulez, les Congolais peuvent mourir dans l’indifférence totale…Leur sort n'émeut personne ».  Qu’est-ce que les Congolais ont fait pour mériter une telle indifférence ?

Cependant, lors du mariage de la petite fille de Mme SASSOU, ceux qui étaient présents, nous ont fait parvenir les photos , dans lesquelles on voit la Première dame distribuer l’argent aux invités, ces photos ont été largement diffusées et ont choqué tous ceux qui les ont vues. Au même moment, les retraités  Congolais sont à leur 16 e mois sans pension , dans les hôpitaux Congolais, on ne trouve plus les médicaments utiles pour soigner les patients. Et pourtant, cet argent qu’on distribue, aurait pu être utilisé pour acheter les médicaments ou pour payer les fonctionnaires, les retraités ou les bourses des étudiants.

Il fallait voir lors de la cérémonie  à l’église. On a fait venir des fleurs de l’Europe. Une décoration de mauvais goût, comme si on était  dans un cimetière.  Je pense que le pouvoir doit aveugler certains pour ne pas être sensible à la misère du peuple.

Ceux et celles qui soutiennent les despotes sont aussi complices de leurs actes. Je les laisse à leur propre conscience.

Souvenez-vous de ce qui se passait sous l’Ancien-régime, le jour où le peuple s’est révolté, le Roi et ses courtisans étaient surpris. Je pense que ce jour arrivera pour les peuples africains qui aspirent à vivre en paix comme les autres peuples de la planète. Partisane de la non violence, j'utilise ma plume pour interpeller pour éviter le bain de sang ou les règlements de compte . Il y a eu déjà assez de morts. Mon ardent désir est que tout cela s'arrête par une situation pacifique.

Comment peut-vivre en paix, lorsqu’une majorité de la population croupie dans la misère totale ?

Je me pose des questions et je souhaiterais bien trouver des solutions pour que les jeunes des pays du Sud ( Afrique au Sud du Sahara), n’aient plus besoin de fuir leur pays, croyant trouver le bonheur ailleurs. 

Ce qui me choque, c’est quand les dictateurs  s’engraissent, pour divertir leur peuple, ils n’hésitent pas à critiquer l’Occident, mais quand ils ne sont plus au pouvoir, ils viennent trouver refuge en Occident. Quel paradoxe !

J’aimerais que chacun ( e ) de nous réfléchisse pour que les pays d’Afrique Subsaharienne soient dirigés par des vrais démocrates et non plus par des dictateurs qui viennent pour se servir et priver le peuple de toute liberté et de tous ses biens. Il serait merveilleux  que ceux qui dirigent nos pays ne nous soient pas imposés, mais soient élu(es) de manière démocratique par le peuple.

Bonnes vacances et que 2019 soit une année merveilleuse pour les peuples de toutes les nations.

Delphine BAYA 0650615140, site www.amaf.site-fr.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.