La chute du golden boy Denis Christel Sassou Nguesso et sa Fondation...

Des témoignages qui nous parviennent des parents des étudiants congolais envoyés dans les pays du Magreb comme "boursiers de la Fondation Perspectives d'Avenir" ou de "Denis Christel Sassou Nguesso " lui-même ne sont pas rassurants.

LA CHUTE DU GOLDEN BOY DENIS CHRISTEL SASSOU NGUESSO ET SA FONDATION PERSPECTIVES D'AVENIR  

kiki-le-petrolier
Des témoignages qui nous parviennent des parents des étudiants congolais envoyés dans les pays du Magreb comme "boursiers de la Fondation Perspectives d'Avenir" ou de "Denis Christel Sassou Nguesso " lui-même ne sont pas rassurantes. 

Les cris de désespoir de ces parents désabusés par les promesses mirobolantes du président de la Fondation Perspectives d'Avenir font froid dans le dos.

"Monsieur Elie, nous sommes sans défense pour nous plaindre. Ma fille envoyée au Maroc, sous couvert d'une bourse Denis Christel Sassou Nguesso, est devenue une SDF au Maroc. La Fondation n'a pas pu payer ses frais académiques cette année.  Mise dehors par l'université, la pauvre est obligée de vadrouiller pour survivre dans cet enfer marocain. Les différentes rencontres que nous (parents des étudiants boursiers de la Fondation Perspectives d'Avenir) avons eues avec Abraham Okoko, le directeur exécutif de la Fondation, sont sans réponse à la situation de nos enfants en insécurité Maroc, Tunisie...", écrit un parent au bord du précipice. 

Conséquence, certains parents ont décidé de porter plainte contre la Fondation Perspectives d'Avenir. Difficile que ces plaintes aboutissent à la justice congolaise tant Denis Christel Sassou Nguesso bénéficie du parapluie de son statut de " fils de président de la République du Congo ".  Il n'y a pas que la situation des boursiers de la Fondation Perspectives d'Avenir et Denis Christel Sassou Nguesso qui pose problème. Les travailleurs de la Fondation Perspectives d'Avenir sont sans salaire depuis 6 mois. Les prestataires de services ne sont plus payés depuis un an. 

Mtn Congo vient d'ailleurs de résilier le contrat d'offre de services qui le liait à la Fondation pour défaut de paiement de ses factures. D'autres dettes envers la Sne, Scab, Snde, agences de voyages, CNSS et autres s'élèveraient à près de 800 millions de FCFA. 

Comment diantre une Fondation dont le mode de financement est reconnu opaque pouvait-elle faire miroiter des bourses et autres avantages aux jeunes congolais, sous le nez et la barbe des ministres Jean Bruno Itoua, Collinet Makosso et Nicephore Fylla ?

S'il devait avoir procès contre Denis Christel Sassou Nguesso et sa Fondation, les autorités congolaises qui ont laissé cette opération de "maquillage politique et de blanchiment" s'opérer, devraient également être sur le banc des accusés.  Un peu à la manière d'Humberto Brada (un Zaïrois qui a ruiné des congolais de Brazzaville en emportant plus de 40 milliards, à la suite d'une arnaque qui consistait à rembourser une épargne principale majorée de 30% de taux d'intérêt au terme de 45 jours), Denis Christel Sassou Nguesso joue au fou du roi à Brazzaville. 

Son université d'Oyo, dont la pose de la première pierre a été un événement tant couru il y a 2 ans, n'a pas encore connu le moindre début des travaux, les soins de santé communautaire sont à l'arrêt, les contacts avec les fondations Bill Clinton ou le mécénat tant rémunéré de la fille Yayi Boni..., sont à mettre à l'actif des comptes de fée.

Denis Christel Sassou Nguesso est vraiment mal en point depuis que son mariage avec Nathalie Bumba a lamentablement échoué.  Danièle, son épouse gabonaise, qui faisait marcher la Fondation, semble avoir levé le pied sur la pédale. Comme une ombre de malchance, Kiki a été éjecté du directoire de la SNPC par son père. 

Le robinet coupé, il semble que le golden boy congolais préfère garder le peu qui lui reste. L'avenir politique des Nguesso étant incertain, normal que Kiki devienne un peu "maboko makaku" (main raide du singe qui ne peut s'ouvrir, pingre pour tout dire). 

Elie Smith, journaliste indépendant

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.