(Congo) Opération "GRAND NETTOYAGE" !

LE CLAN aux abois a mis en place l'OPERATION "GRAND NETTOYAGE" et s’emploie donc à faire disparaître des preuves susceptibles de l’accuser de crimes de génocide, de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, de crimes économiques (pillages et détournements de fonds, etc.)

ALERTE ! LE POUVOIR DE BRAZZAVILLE EST AUX ABOIS !

OPERATION « GRAND NETTOYAGE »

Un phénomène nouveau est apparu.

000-1-chronique-genocide-lari-img-20181219-wa0040
Sans doute en préparation des prochaines rencontres comme le fameux dialogue inclusif à l’initiative du régime clanique de Brazzaville ou la conférence internationale sur le Congo-Brazzaville actée par M. Modeste Boukadia, LE CLAN aux abois a mis en place l'OPERATION "GRAND NETTOYAGE" et s’emploie donc à faire disparaître des preuves susceptibles de l’accuser de crimes de génocide, de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, de crimes économiques (pillages et détournements de fonds, etc.)

Le message ci-dessous est assez explicite pour comprendre la suite. Lisez :

25 mars 2019 Par Le Club Mediapart

Bonjour, 

Pour les mêmes motifs, nous avons été conduits à dépublier également "(Congo / Françafrique) Les manoeuvres de Sassou Nguesso au profit de son fils"

"Congo : Pool, troubles politiques, vies bouleversées, Villages bombardés..." et "Congo : L'audit de la SNPC à pas de loup". 

Bien à vous, 

Le Club de Mediapart 

Notez bien les titres des articles :

              - "(Congo / Françafrique) Les manoeuvres de Sassou Nguesso au profit de son fils"

-         « Congo, Pool, troubles politiques, vies bouleversées, Villages bombardés… »

-         « Congo : L’audit de la SNPC à pas de loup »

Au regard du message ci-dessus, vous remarquerez que ce sont les articles qui traitent des massacres (génocide) dans la région du Pool et de la gestion du pétrole (SNPC) qui les intéressent et les mettent aux abois. Ce sont des sujets brûlants pour lesquels leur culpabilité n’est plus à démontrer. Ils se sont donc mis à l’œuvre pour effacer toutes traces sur ces sujets.

Aujourd’hui, ils s’attaquent à notre Blog chez MEDIAPART qui leur a prêté le flanc et qui a accepté d’effacer tous nos articles liés aux affaires des massacres dans le Pool et à la gestion du pétrole (mal gouvernance, etc.).

barbarie
Ceci étant, face à ces attaques malhonnêtes et aux agissements des criminels que vous connaissez bien, tout en attirant leur attention, nous demandons à tous nos compatriotes propriétaires et gestionnaires de sites Internet ou de Blogs de prendre toutes dispositions et précautions pour mettre tous leurs fichiers à l’abri, de les sauvegarder dans des supports externes aux cas où ils en auront besoin, le cas échéant. Mais, au moins, la lâcheté, la barbarie, la bestialité sont exposées au grand jour. En agissant ainsi, leur culpabilité est établie et elle est, du coup, incontestable.

Cependant, ce qui est sûr, c’est qu’ils ne pourront pas tout faire effacer ou faire disparaître. JAMAIS !

Nous sommes tellement nombreux à écrire et écrire et encore écrire qu’il leur sera quasiment impossible de tout faire disparaître. Car, on n’efface pas la mémoire ! A moins de nous assassiner tous, comme ils en ont l’habitude et comme ils savent si bien le faire ! Quitte à faire disparaître nos corps, comme ils l’ont déjà fait avec la dépouille de feu Joseph Pouabou, président de la Cour suprême, en 1965. Comme ils l’ont déjà fait avec la dépouille du président Alphonse Massamba-Débat, en 1977. Comme ils l’ont déjà fait avec les dépouilles des « DISPARUS DU BEACH », etc.

Enfin, nous demandons à tous nos compatriotes de porter ce message aussi loin que possible, de le partager aussi longtemps que nécessaire et, surtout, de nous faire connaître, à nous tous, les messages du même genre que vous recevrez de vos Hébergeurs de Site Internet ou de Blog.

Ne gardez rien pour vous ! Dénoncez ! Dénonçons ! Le CLAN D’OYO est aux abois !

L'EQUIPE DES AMIS DU RESEAU CONGO-MFOA

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.