Le problème fondamental du drame congolais : l'avenir des mbochis

De quoi s’inquiète donc le Général Nianga Mbouala Ngatsé quand il parle de l’avenir des Mbochis ? L’avenir du reste des Congolais que les Mbochis ont ruiné n’est-il pas important ? (...) Mais ils nous prouvent chaque jour qui passe que ce sont des barbares primitifs...

LE PROBLÈME FONDAMENTAL QUI EXPLIQUE TOUT LE DRAME CONGOLAIS SELON NIANGA NGATSE MBOUALA : L’AVENIR DES MBOCHIS

Sassou et Nianga-Mbouala

Par Le lion de Makanda

Nous avons tous suivi le procès en inquisition du Général Norbert Dabira accusé d’atteinte à la sûreté d’Etat au travers d’un complot visant paraît-il à faire exploser l’avion du roi Sassou en vol, procès d’injustice au cours duquel  le Général Nianga Mbouala est venu témoigner à charge contre un autre Général : Norbert Dabira, Général de Division, tous les deux Mbochis. Pour le même chef d’accusation que le Général Mokoko, lui s’en tire à bon compte avec cinq ans tandis que le Général Jean Marie Michel Mokko prend vingt ans de prison. Il n’a même pas été utile d’entendre les deux tireurs d’élite proposés par le Général Nianga Mbouala Ngatsé – comme si Norbert Dabira pouvait faire un attentat tout seul. Etrange !

Accusé par Nianga Mbouala comme le principal bénéficiaire de l’opération visant à liquider le kani Denis Sassou alias Nguesso, Jean Dominique Okemba qui s’est fendu d’une simple lettre de justification et de démenti n’a même pas été entendu –alors qu’il a été publiquement accusé par le Général Nianga Mbouala. Dans sa lettre, il nous explique en fait pourquoi il ne peut être poursuivi : son immunité absolue de sang royal – pour être un proche parent du roi Denis Sassou alias Nguesso.

Le Général Nianga Mbouala Ngatsé, bénéficiant aussi de l’immunité de sang royal, a juste été entendu en qualité de témoin en charge. Il n’a pas fait que charger le Général Norbert Dabira ; il en a profité aussi profité pour mettre en cause Jean Dominique Okemba – comme s’il avait un compte à régler avec Mora Nzambé.  Il a peut-être dit la vérité mais qu’importe  ? Avec Jean Dominique Okemba, le pouvoir demeure au sein de la famille royale : ce n’est donc pas si grave que ça. Si déjà le fait d’être Mbochi est une situation atténuante, appartenir à la famille royale est une sorte d’immunité absolue de sang. En effet, si  le fait d’être Mbochi atténue une peine de prison de quinze ans,appartenir à la famille royale absout tout : le vol, le crime, les détournements, les meurtres, l’incompétence, etc. Modeste Boukadia, pour moins que ça, a été condamné à trente ans : c’est un Sudiste ; cela se comprend très vite. Nous voyons comment on ne prend pas de gants quand il s’agit de massacrer les Sudistes tandis qu’au nord et en territoire mbochi, on se la coule douce. Jamais un président du sud n’a bombardé le nord du pays. Il y a d’un côté le kimuntu et de l’autre la barbarie la plus primitive – surtout quand il s’agit de terroriser ceux qui peuvent développer le pays – alors que pour les Mbochis et les Nordistes, le pouvoir ne sert qu’à s’enrichir et nous allons le prouver. Depuis le retour de Denis Sassou alias Nguesso au pouvoir, le Congo a engrangé beaucoup d’argent en vingt ans, il y a eu plus de 14000 milliards de francs cfa d’excédent budgétaire. cet argent et la plus grosse partie du budget a été détourné.

En une phrase attribuée au Général Dabira, le Général Nianga Mbouala Ngatsé a résumé la préoccupation centrale des politichiens du nord, surtout de ceux qui appartiennent à la secte au pouvoir, à l’ethnie-Etat, un concept qui prend ici tout son sens. Nianga Mbouala Ngatsé peut attribuer ses inquiétudes à Norbert Dabira mais c’est lui qui parle, c’est donc son idée : que va devenir l’avenir des Mbochis ? Vous avez bien entendu : il est ici question de l’avenir des Mbochis et non de l’avenir du Congo. Nous comprenons aisément que les Mbochis ne sont au pouvoir que pour assurer l’avenir des Mbochis. Les autres ethnies du Congo ne se posent pas cette question car ils n’ont pas d’avenir. Pourquoi ? Parce que l’avenir, c’est la détention du pouvoir. Cette question est celle qui rassemble les Mbochis autour des privilèges que leur confère le pouvoir. Perdre le pouvoir pour les Mbochis, c’est ne plus avoir d’avenir. Qu’on m’explique comment une ethnie qui détient tous les pouvoirs, les Mbochis occupant tous les postes importants de décision, les Mbochis tenant l’armée, l’Etat devenu ethnie-Etat, des gens qui ont détourné plus de 14000 milliards de francs cfa, peut avoir peur de l’avenir. Ils possèdent les médias et la plupart des hommes d’affaires comme  Willy Etoka sont Mbochis, ils occupent le plus nombre d’emplois dans la fonction publique. Une telle inquiétude, c’est la preuve qu’ils n’abandonneront jamais plus le pouvoir entre les mains d’une autre ethnie – alors que ce sont des barbares primitifs incapables de développer un pays ! Nous sommes entrés en  » incompétentocratie  » depuis plus de vingt ans. Toutes les petites infrastructures ne sont là que pour tromper l’opinion publique…

De quoi s’inquiète donc le Général Nianga Mbouala Ngatsé quand il parle de l’avenir des Mbochis ? L’avenir du reste des Congolais que les Mbochis ont ruiné n’est-il pas important ? S’ils étaient au moins compétents et désireux de développer le pays, cela se saurait mais ils nous prouvent chaque jour qui passe que ce sont des barbares primitifs, des barbares en col blanc, qui pour leur avenir qui n’est autre que la conservation du pouvoir sont prêts à massacrer le reste des Congolais comme si seuls les Mbochis étaient importants dans notre pays – alors qu’en plus de quarante ans de pouvoir, ils ont fait la preuve qu’ils sont les pires de tous les habitants du Congo, des incompétents notoires, des criminels génétiques, des assassins de sang froid comme les sauriens.

Le procès en injustice et en inquisition nous a montré le niveau de leurs Généraux – y compris celui du plus instruit d’entre eux. Ils ont les armes et font en sorte que l’armée soit entre leurs mains pour conserver le pouvoir ad  vitam aeternam. Ils savent s’entendre quand l’avenir des Mbochis, à savoir, la perte du pouvoir, est en cause. Vous les verrez dépasser leurs conflits, leurs animosits au nom de l’avenir des Mbochis. Le Congo vit sous un complot mbochi, une ethnie qui idéologiquement se considère comme l’Etat du Congo, un peu comme une caste hégémonique politique. Hélas, le reste des Congolais n’est pas assez unis pour contrer « l’avenir des Mbochis  » qui si construit sur la ruine du Congo. Vous avez au travers de cette hantise qui anime tous les Mbochis qui vivent du pouvoir le problème numéro un du Congo.Vous avez la preuve qu’idéologiquement, les Mbochis – même s’ils ne profitent pas ou ne jouissent pas des privilèges du pouvoir n’entendent absolument pas qu’un membre d’une autre ethnie se juche au sommet de l’Etat car un Makoua au pouvoir prendrait le pouvoir pour les Makouas. Nous validons le concept d’ethnocratie et celui d’etnie-Etat par la même occasion.

Même ruiné, il restera assez d’argent à notre Etat pour que l’avenir des Mbochis soit assuré s’ils restent au pouvoir. C’est pour le peuple que cela pose problème car l’ethnie-Etat ne payera pas les pensions, les salaires et les bourses des étudiants.

Vous êtes donc avertis et je vous le dis sans périphrase : LES MBOCHIS NE LAISSERONT PLUS JAMAIS LE POUVOIR. Que cela soit dit et entendu. Le Congo est condamné à voir un Mbochi succéder  un autre Mbochi. Pour le malheur de tout un pays. La seule compétence dont ils ont besoin consiste à être capables conserver le pouvoir et à rien d’autre. Et pour cela, il suffit de tenir l’armée pour avoir le droit légitime de tuer, de tuer et de terroriser le reste du peuple… A moins d’un sursaut de l’histoire car les armes ne garantissent toujours pas un avenir ethnique. Pour contrer « l’avenir des Mbochis » et contrarier l’histoire, le reste du peuple congolais n’a plus qu’un seul choix : s’unir. Dabira a bien avoué que les Mbochis ont une armée secrète qui s’entraîne de façon cachée et que l’ethnie-Etat possède des avions de chasse. Cependant, si tout le reste du peuple faisait front contre les barbares, à coup sûr, nous remporterons cette guerre.

Oui, le Congo est bien en guerre. CONTRE L’AVENIR DES MBOCHIS. Ce n’est pas moi qui le dit mais le Général Nianga Mbouala qui en fait allusion autour d’une interrogation prêtée au Général Norbert Dabira.Tant que les Mbochis auront un avenir au sommet de l’Etat, nul doute que le  Congo est perdu. Vous verrez l’histoire confirmer mes dires. Aussi, au lieu de nous distraire avec deux présidents à la tête du MRLC, il est temps de bâtir une stratégie solide. Il s’agit de l’avenir du Congo, celui des Mbochis ayant déjà été assuré depuis plus quarante ans. Et qu’ils se tiennent tranquilles : l’avenir du Congo garantira l’avenir de tous les Congolais, y compris celui des Mbochis si un vrai démocrate accédait au pouvoir. Néanmoins, je le dis derechef ici : tout le monde doit rendre des comptes et pas que les tenanciers de l’ethnie-Etat. Les mauvais esprits de toutes les ethnies, complices du pillage du paya, doivent aussi rendre des comptes. Cette fois-ci, on ne lavera pas les mains. Nous jugerons même les juges…

 

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN’ MINDZUMB’, MBUTA MUNTU

 

LION DE MAKANDA, UN CLAVIER COMME SEULE ARME

SOURCE : http://www.demainlenouveaucongobrazzaville.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.