Appel de M. Boukadia aux Généraux de Denis Sassou et aux Généraux de la République

Hier, l'Europe a connu et vaincu sa dose de peste noire qui a décimé près de la moitié de la population européenne au milieu du XIVème siècle, de 1347 à 1352, dont l'agent vecteur était un rat venu d’Asie. Aujourd’hui, le Congo Brazzaville est en pleine peste avec un agent vecteur polycéphale dont le foyer principal est Denis Sassou...

Appel de Modeste Boukadia aux Généraux de Denis Sassou et aux Généraux de la République

000-1-boukadia-conference

Hier, l'Europe a connu et vaincu sa dose de peste noire qui a décimé près de la moitié de la population européenne au milieu du XIVème siècle, de 1347 à 1352, dont l'agent vecteur était un rat venu d’Asie. Aujourd’hui, le Congo-Brazzaville est en pleine peste avec un agent vecteur polycéphale dont le foyer principal est Denis Sassou. Les têtes sont Jean Jacques Bouya, Jean Dominique Okemba, Christel Denis Sassou l'héritier des vices de son papa, Gilbert Odongo, Clément Mouamba, et les autres barons connus du PCT.

Dans de telles circonstances, à l'époque du doyen Bernard Kolélas (Paix à son âme !), il aurait dit que la situation devient militaire ! Mais aujourd'hui, ce sont bien les militaires qui sont aux affaires. Nous dirons plutôt pour éradiquer cette peste, la situation dépend de la Conférence Internationale afin que la société civile, les confessions religieuses et les politiques assistés par la communauté internationale puissent trouver un remède pour vaincre cette crise pestilentielle dont l'issue de la gestion approximative et hasardeuse du pouvoir en place est incertaine.

C’est pourquoi, je lance un vibrant appel aux Généraux de Denis Sassou et aux Officiers Supérieurs des Forces Armées Congolaises qu’il a mouillés dans les crimes de sang que seule une Amnistie Générale d’une Conférence Internationale peut les épargner et aplanir votre situation. Sinon, sans cette Amnistie Générale, après, je crains une chasse aux sorcières.

Il est vrai que certains officiers m'avaient déjà répondu : « Je suis militaire, je vais assumer ! » A l'époque, j’avais répondu : « Vous allez assumer quoi ? D'avoir retourné vos armes contre ceux que vous étiez censés protéger ? Ou pour avoir occasionner les viols et les pillages de biens des paisibles villageois sachant que pour moins que ça ce que vous avez fait Jean Pierre Bemba a purgé 10 ans en prison. »

J’appelle les Généraux et les Officiers Supérieurs, saisissez donc cette main tendue que vous offre la Conférence Internationale pour le Congo afin de négocier une amnistie pour vous et vos soldats ainsi vous échapperez au courroux du chef de guerre, le général d’Armées Denis Sassou !

N’oubliez pas le sort qu’il a réservé au colonel Marcel Ntsourou, aux généraux Jean Marie Michel Mokoko et Norbert Dabira qui en dit long sur le futur destin qui vous attend. Votre engagement aux côtés des populations qui appellent à corps et à cris un Grand Kanza, un Grand Mbongui, la Conférence Internationale, pour préparer la remise du Congo sur les rails du chemin qui mène vers la nécessaire vraie émergence pour faire entendre raison au PCT.

J’appelle les Généraux et les Officiers Supérieurs de M. Sassou, vous ne devez pas oublier les fins récentes du colonel Mouammar Kadhafi en Libye, de Yahya Jammeh en Gambie, de Robert Mugabe au Zimbabwe, d’Abdelaziz Bouteflika en Algérie et d’Omar Hassan el-Bechir au Soudan pour ne pas confier votre sort à la vindicte populaire à l'issue incertaine. Il est temps pour vous de vous associer aux efforts du peuple.

Toutefois, il vous appartient de seller en conscience votre destin aujourd'hui.

Mes chers compatriotes, constatez que la Conférence Internationale par la pertinence des sujets à traiter s'impose à nous pour le salut de la République. Nous vous attendons les bras ouverts pour les préparatifs qui s'annoncent.

Modeste Boukadia

Président du C.D.R.C.

Depuis l’Europe, le 25 juillet 2019

 

Source : https://cdrc-cg.com/2019/07/25/appel-de-modeste-boukadia-aux-generaux-de-denis-sassou-et-aux-generaux-de-la-republique/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.