Masques "Blancs" et peau "Jaune Papaye"

C’est sa marque de fabrique et c’est en cela qu’il se distingue du personnel politique venu du septentrion « yaka noki noki » à l’accent à couper au couteau qu’on le reconnaît.

Masques « Blancs » et peau « Jaune Papaye »

 

C’est sa marque de fabrique et c’est en cela qu’il se distingue du personnel politique venu du septentrion « yaka noki noki » à l’accent à couper au couteau qu’on le reconnaît.

Le député de Kindamba, Isidore Mvouba (puisque c’est de lui qu’il s’agit), fort en thèmes, cherche toujours le bon mot qui fait mouche. A l’occasion de l’ouverture et/ou de la clôture des travaux de l’Assemblée Nationale du Congo-Brazzaville, Isidore Mvouba est rarement à court de bonnes petites phrases qui sifflent à l’oreille. Il n’a pas dérogé à la règle.

« Métal jaune »

Le feuilleton médico-politico-médiatique de la crise sanitaire du coronavirus, covid 19, foisonnement d’études scientifiques critiquées, de convictions intimes voire d’irrationalité entre « pro » ou « anti », Hydoxichloroquine a offert ainsi une occasion en or jaune massif au Président de l’Assemblée nationale, au teint jaune papaye, Isidore Mvouba d’étaler ses qualités de grand tribun.

Cet épisode entame une nouvelle séquence de son récit fou au Congo-Brazzaville et le prolongement des douleurs des populations du Congo-Brazzaville martyrisées par les tracasseries policières. Titre de cet épisode : le Parlement autorise de nouveau la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Le Sénat et l’Assemblée nationale ont respectivement approuvé le 29 mai le projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence sanitaire en République du Congo.

L’acte accompli par les sénateurs et les députés va, en effet, permettre au gouvernement de proroger l’état d’urgence sanitaire pendant vingt jours, pour la troisième fois consécutive. Le but étant de lutter contre la pandémie du coronavirus (Covid-19). Mais, aussi, d’instiller la peur et d’entretenir le traumatisme à l’aune des élections de 2021.

Mensonge

« Le pouvoir législatif vient de jouer sa partition.
«  J’apprécie à juste titre cette forte mobilisation… Je suis heureux de constater que chaque personne vivant au Congo et particulièrement dans les zones de circulation active du virus peut désormais disposer d’au moins un masque alternatif afin de se protéger de cette horrible pandémie  », a dit l’ancien Premier Ministre non constitutionnel, Isidore Mvouba (Les Dépêches de Brazzaville, 30 mai 2020), assénant ainsi des contre-vérités. Personne au Congo-Brazzaville n’a constaté la distribution gratuite par les autorités des masques aux populations de Brazzaville et Pointe-Noire, les deux grandes villes touchées par la pandémie. Les violences policières devenues le lot quotidien des congolais, Isidore Mvouba n’en a soufflé mot. Motus et bouche cousue.

Lors de sa descente dans les marchés domaniaux de Brazzaville pour une campagne de communication et de sensibilisation, prudent comme un Sioux, Mouamba a pris le soin de mettre son masque face à des commerçants... démasqués. Les masques portés par Denis Sassou Nguesso, Clément Mouamba, Isidore Mvouba, Pierre Ngolo, les membres du gouvernement et les parlementaires proviennent sans doute du don détourné du milliardaire chinois Jack Ma dont une partie s’est retrouvée à Mouyondzi, village natal de la ministre de la santé, Lydia Mikolo.

Patate chaude

« En outre, conformément aux conclusions de la réunion de la Coordination nationale de la gestion de la pandémie de Covid-19, tenue le 28 mai dernier, les autorités compétentes dans un esprit républicain veilleront, j’espère, à achever les travaux d’accès, d’aménagement et d’équipement des centres dédiés à la prise en charge des malades de Covid-19  », a ajouté le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, soulignant l’arrivée des équipements, des tests et réactifs nécessaires au dépistage et à la prise en charge des patients. Isidore Mvouba croit-il vraiment à ce qu’il dit ? Le pouvoir de Sassou Nguesso va-t-il équiper en matériels et médicaments les structures sanitaires du Congo-Brazzaville en période de vaches maigres ? Le personnel de santé garde-t-il de bons souvenirs de Mvouba comme Premier Ministre dans la gestion des installations hospitalières ? Avec son vieux scanner qui fonctionne rarement, ses pénuries récurrentes d’eau, ses ascenseurs souvent en panne, obligeant le transport à dos d’hommes des malades entre différents étages, une méthode d’un autre âge, la surpopulation des salles d’hospitalisation, le manque de matériel basique comme les gants et les masques, le CHU cristallise la faillite du système de santé du Congo-Brazzaville laissé à l’abandon par le khalife d’Oyo, Denis Sassou Nguesso.

Les villas privées des membres du clan Sassou sont mieux loties en masques, gants, surblouses, charlottes que les infrastructures hospitalières. La sécurité présidentielle de Denis Sassou Nguesso est mieux protégée que le personnel du CHU de Brazzaville. Isidore Mvouba voulait sans doute parler des éléments de la sécurité présidentielle. La distribution des masques dont se satisfait Isidore Mvouba se fait attendre. Le virus poursuit son expansion.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.