La vague de Coronavirus qui submergera les États-Unis

Il y a trois semaines, j’étais à Paris pour trouver un appartement à louer. Pour moi et ma famille qui sommes Américains, nous pensions que le séjour était un pas vers un nouveau mode de vie, loin des délires de Silicon Valley. Maintenant, il me semble que c’était une autre vie, avant que le problème “chinois” nous ait sonnés sur les deux côtés de l’Atlantique.

Aux États-Unis, je pense que nous sommes vraiment foutus. Le pays, voire le monde entier,  payera les frais d’avoir élu un président américain si incompétent. Diriger un pays n’est pas un jeu et ce n’est pas un “reality show” non plus. L’intelligence compte. 

Je n’ai jamais compris comment les électeurs de Trump étaient si inconscients. Ils mettaient, mettent, et mettront tous nos vies en danger. J’exagère ? Non, pas du tout. Les conséquences de ne pas avoir réagi se manifestent d’heure en heure. D’ici quinze jours, le bilan des cas et des morts dans le “good, ole USA” sera pire que l’on ne pense. On va être submergé par une vague massive. 

Le dispositif de dépistage est une catastrophe totale. En Californie, ils ont effectué moins de 20 000 tests dans un état d’environ 40 millions de personnes. À New York, les cas de Covid-19 détectés montent fortement et l’on commence de voir un iceberg gigantesque. Ce virus parcourt le pays presque librement et silencieusement. 

La réponse du gouvernement fédéral est loin, très loin de résoudre les problèmes des tests, des masques, et des ventilateurs. Comme toujours là, la droite se focalise autour des questions économiques, c’est-à-dire comment réduire les impôts et donner des cadeaux fiscaux aux sociétés et milliardaires républicains. 

On parle de milliards pour sauver l’économie, mais très peu pour sauver des vies. Le pays brule d’une fièvre pendant que notre président ment au peuple sans arrêt et sans rien faire pour endiguer le virus.

J’espère que j’ai tort. Mais, j’ai bien peur autrement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.