Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2012

Le bal des faux-culs

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai honte et je pleure. Vraiment. Les assassinats racistes et antisémites de Toulouse et Montauban, atroces, inadmissibles, épouvantables, dégueulasses, me révulsent, comme la plupart d’entre nous. Enfin, j’ose l’espérer...

Franchement, je n’aime pas trop le président sortant, mais je trouve que là, en ce lundi 19 mars, il a été très bien, il a trouvé les mots qu’il fallait, et il a eu l’attitude appropriée. Il a fait montre d’une émotion que je crois sincère et il a en tout cas tenu son rôle de président de la République dans ces circonstances extrêmement graves.

Il a également décidé de suspendre sa campagne, ce qui est parfaitement respectable, suivi en cela par François Hollande, non moins respectable également. 

Mais j’ai plus honte encore d’entendre quelques seconds couteaux des deux prétendus favoris dans la course à la présidentielle s’offusquer du fait qu’un autre candidat, François Bayrou, ait osé dire ce que lui inspiraient ces assassinats: «je crois que ce type de folie s'enracine dans l'état d'une société et dans la société française, ce type d'atteintes, d'actes se multiplient».

«Il y a un degré de violence et de stigmatisation dans la société française qui est en train de grandir, c'est inacceptable", a-t-il déploré en soulignant la responsabilité des hommes politiques qui "ont le devoir de veiller à ce que les tensions, les passion, les haines ne soient pas à chaque instant entretenues. Le fait de montrer du doigt les uns et les autres en fonction de leur origine, c'est faire flamber les passions et on le fait parce que dans ce feu-là il y a des voix à prendre».

«On lance des sujets dans le débat, on prononce des mots qui roulent comme une avalanche et parfois tombent sur des fous. Nous ne savons rien sur celui qui a perpétré cette tuerie mais nous sentons bien que cela n'est pas sans lien avec une certaine évolution de la France», a-t-il ajouté, se gardant bien de citer nommément qui que ce soit. Et alors? C’est ça, un dérapage? En quoi est-ce indigne? En quoi est-ce indécent? En quoi est-ce une «récupération»? Qui récupère quoi dans cette affaire, et qui manipule qui?

UMP et PS crient haro sur le Bayrou parce qu’il les emmerde tous les deux, alors ils vont tenter, armés d’une bien-pensance d’ailleurs discutable, de faire peser sur lui la pire des disqualifications, le soupçon de profiter d’une tragédie pour gagner des voix.

Eh oui, le candidat du MoDem «a parlé alors que la campagne était suspendue», a-t-on entendu sur les radios et les télévisions relayant la «polémique». On nous prend vraiment, nous les électeurs, pour des crétins : que certains candidats décident de suspendre leur campagne, c’est une chose, mais ce n’est en rien une obligation. Même morale. Et d’ailleurs, contrairement à ce qu’ont laissé entendre nombre de médias, tous les candidats n’ont pas suspendu leur campagne, et Bayrou n’a pas été le seul à ne pas le faire.

Jean-Luc Mélenchon, courageusement, n’a pas dit autre chose: "Poursuivre la campagne, c'est un acte de résistance morale, intellectuelle et affective", a-il déclaré. "C'est montrer qu'en toutes circonstances, la vie l'emporte sur la mort", a poursuivi le candidat du fr(ont de Gauche qui n’a pas modifié son agenda.

"Il ne faut pas mettre notre bouillante démocratie entre parenthèses du fait d'un odieux dégénéré assassin", a-t-il ajouté. "Nous ne sommes pas à la merci d'un dégénéré, il ne fait pas la loi, il ne nous impose pas son rythme, nous le rattraperons et il paiera. Des dégénérés criminels ne doivent pas avoir l'illusion qu'ils puissent acquérir une espèce de notoriété de l'infâme, en ayant réussi à bloquer tout le pays en ayant assassiné des enfants".

Interrogé sur la «récupération» de ces assassinats, Mélenchon a sereinement répondu que "tout le monde essaye de bien faire", ajoutant, quand même, que «chacun doit faire attention à ses citations».

Sur le fond, Mélenchon et Bayrou ont dit la même chose, à quelques nuances près. Je relève qu’au delà de leurs désaccords, ces deux-là semblent viscéralement attachés à la démocratie. Mais pour le coup, personne dans les camps des deux «pressentis», n’a relevé ni monté en épingle la déclaration du candidat du Front de Gauche. Normal  :  côté sortant, on estime que Mélenchon prend des voix à Hollande. Quant au PS, il ne veut pas froisser quelqu’un avec qui il faudra bien passer une forme d’accord électoral au deuxième tour. Voilà comment les thuriféraires zélés des deux candidats les plus en vue tentent de «récupérer» des voix, avec l’air de ne pas y toucher, sur le dos de sept personnes assassinées

Personne n’a relevé non plus qu’une certaine fille à son père, oubliant un certain bal néo-nazi récemment en Autriche, a déclaré qu’en de tels moments «il n’y a plus de politique, il n’y a plus de campagne, il n’y a plus ni de droite ni de gauche». Ca, c’est passé comme une lettre à la poste... Pourtant, ça ajoute «l’ignoble à l’horrible», non?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d'expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com