Homexsexualité et football : un éternel tabou

L’homosexualité demeure un tabou dans le sport. Et particulièrement dans le milieu du football, où il est difficile d’assumer ses préférences sexuelles, surtout chez les hommes.

Homosexualité : un véritable tabou dans le milieu du footballJerôme Jessel : Tout d’abord, ceci n’est pas vrai pour tous les sports. L’homosexualité est beaucoup plus acceptée dans le tennis féminin par exemple. Amélie Mauresmo a, par exemple, fait son « coming out ». Il y a dans le tennis une plus grande liberté de parole. En revanche, le sport le plus homophobe reste le football.

J’avais expliqué dans mon livre, Sexus Footballisticus, qu’aucun joueur n’avait fait son « coming out » dans le football. Le seul exemple connu, reste le joueur anglais Justin Fashanu. En 1990, il révéla son homosexualité. Peu de temps après, il a été maltraité par ses coéquipiers, ses adversaires, il a fini par se suicider. Statistiquement, il n’y a aucune raison qu’il y ait moins d’homosexuel dans le sport que dans d’autres secteurs d’activités, c’est-à-dire 5 à 10 %.

Il est à noter, que le tabou reste beaucoup plus important quand il s’agit d’un sport collectif. Il faut pouvoir vivre sa différence au sein d’un collectif. Or dans le cadre d’un sport individuel, le poids est moindre, il est plus facile d’avouer son homosexualité. On n’a pas à vivre tous les jours avec un groupe, on évite le regard de ses partenaires et les moqueries. Voilà pourquoi, il est très difficile de voir des footballeurs faire leur coming out dans le football.

A ce jour en France, seul Olivier Rouyer a avoué son homosexualité à l’âge de 50 ans. Sa carrière professionnelle était déjà terminée. Je le répète mais, le football reste le sport le plus homophobe. Un joueur homosexuel est obligé de trouver des alibis, de fausses copines, de se créer « une autre vie » pour faire croire qu’il est comme les autres.

Les valeurs du sport sont-elles compatibles avec l’homosexualité ?

Le sport doit être l’école de la tolérance, de l’acceptation, de la différence. Il faut pouvoir être soit même. Pour répondre à votre question, il est évident que le sport est compatible avec l’homosexualité. De plus, vous remarquerez, que les homosexuels prennent plus soin de leurs corps et ont une meilleure hygiène de vie. Si on le compare à un autre sport, le rugby, est plus ouvert. Les rugbymans sont plus cultivés, plus ouverts que les footballeurs. Il suffit d’entendre les insultes dans un stade de football… beaucoup d’entre elles sont homophobes.

Peut-on voir une différence entre les hommes et les femmes sur ce sujet ?

J’ai l’impression que c’est plus facile à dire quand on est une femme. En tout cas, il y a plus de femmes que d’hommes qui ont osé parler. Les femmes sont plus courageuses qu’elles soient homosexuelles ou pas.

Des pays sont-ils plus ouverts que d’autres sur ce sujet ?

Oui, je pense que les pays jeunes sont plus ouverts, notamment l’Australie. Plus proche de nous, je pense à un pays latin comme l’Espagne. Notre voisin ibérique est beaucoup plus tolérant que nous. D’ailleurs, le mariage homosexuel y est autorisé. La France par contre a beaucoup de retard à ce niveau-là. Je ne sais pas si le mariage homosexuel promis par le président va changer les mentalités. La France doit être parmi les pays les plus homophobes d’Europe. L’homosexualité a longtemps été vue comme un délit jusque dans les années 80.


Originally published at www.atlantico.fr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.