croissance = bonheur

Traité théorique d'une recherche, d'un système économique permettant une croissance économique, mais selon la définition originelle de l'économie, qui est "les échanges entre les personnes".

La croissance est censée être un marqueur du bien-être d'une population. Car les personnes échangent entre elles de plus en plus. Et elles peuvent le faire, car ils en ont les moyens et ils en ont l'envie. Donc ils sont heureux.

11301581


Donc la croissance est un marqueur du bien-être d'une population.
Seulement, lorsque nous avons un système monétaire, déjà nous avons un frein aux possibilités d'échange entre les personnes, car l'application d'un système monétaire implique que des échanges sont impossibles pour des personnes qui n'ont pas de monnaie. Donc pour encourager une croissance, c'est-à-dire, de plus en plus d'échanges entre les personnes, il vaut mieux ne pas avoir de système monétaire.

11301582


Mais si nous utilisons tout de même un système monétaire, alors sa masse monétaire doit augmenter sans arrêt pour éviter que des échanges ne se fassent pas pour cause d'absence de monnaie aux lieux d'échanges.
Donc on peut permettre une création de la monnaie par tout le monde. Comme toute personne peut prendre un objet, inscrire un nombre dessus, ce qui attribuerait à cet objet la valeur du nombre inscrit dessus. La possibilité alors qu'il y ait un manque de monnaie pour permettre un échange à un moment donné, est diminuée.

11301593


Mais si on n'accorde pas à tout le monde le droit de créer de la monnaie, et qu'on fait de cet acte un privilège accordé seulement à une petite partie de la population, on a alors une répartition inégale de la monnaie dans la population, ce qui fait que certains ont beaucoup de monnaie, et d'autres très peu, ce qui est un frein à l'accroissement des échanges.

113015941


Donc les fabricants de la monnaie peuvent forcer les personnes à faire de plus en plus d'échanges entre elles, grâce au pouvoir qu'ils ont sur elles, dû au fait qu'ils peuvent fabriquer de la monnaie et elles non. Et ainsi faire une croissance, mais une croissance artificielle, puisque forcée, qui ne serait alors pas représentative du bonheur de la population. Puisque ce ne serait pas les personnes qui auraient créé une croissance du fait qu'ils sont heureux et échangent de plus en plus par plaisir d'échanger. Mais ce serait des personnes qui échangent de plus en plus pour qu'il y ait une croissance. Ce qui fait qu'ils n'échangeraient pas des objets et services pour le plaisir que leur procurent ces objets. Mais qu'ils échangeraient parce que sinon ils seraient privés de monnaie, donc de possibilité d'échanger, ce qui fait qu'ils n'échangent pas par plaisir de l'échange, mais par crainte de ne plus pouvoir échanger (et dans grand nombre de cas, de la réalité, « ne pas pouvoir échanger » veut dire ne pas pouvoir se procurer à manger et/ou des soins de santé, et donc mourir de manière prématurée. Et comme les personnes qui décident des lois, du fait qu'elles ont créé un système qui tue de grandes quantités de personnes, sont donc directement coupables de meurtres). Et
puisqu'échanger par peur n'est pas la même chose qu'échanger par plaisir, et qu'on peut dire qu'avoir peur de manière constante ne permet pas le bonheur, la croissance artificielle n'est donc pas une solution, mais plutôt un problème. Donc la croissance qui nous intéresse, c'est une croissance naturelle, qui s'est faite sans avoir été imposée. Alors, pour ce faire, il faut que les personnes aient les possibilités de pouvoir échanger. Et comme la monnaie est le principal frein entre les échanges, il faut soit la supprimer, soit permettre à tout le monde d'en avoir. Et si nous ne permettons pas à tout le monde d'en créer, il faut alors que ceux qui l'a créée, donnent tous les mois à toutes les personnes qui utilisent leur monnaie et qui sont susceptibles de l'utiliser, une somme de monnaie suffisante pour vivre plus que confortablement durant un mois, provenant d'une nouvelle création monétaire faite pour ce mois. Ce qui fait que la masse monétaire augmentera, que les prix augmenteront, qu'il faudra donc augmenter les dons de chaque mois, qui augmenteront encore plus la masse monétaire, et ainsi de suite. Ce qui fait que premièrement, on a enfin un système permettant une croissance naturelle et un bonheur des populations soumises à ce système, sans qu'elles doivent faire le malheur d'autres populations.

113015942

 

11301605

Mais on a aussi une masse monétaire augmentant de manière exponentielle, ce qui pour des raisons pratiques, n'est pas pratique. Heureusement avec la monnaie numérique, toute la monnaie du monde est contrôlée. Et donc, si, par exemple, à la fin de l'année, nous avons une masse monétaire globale égale à 120
fois la masse monétaire du début de l'année, Et bien, il suffit de commencer la nouvelle année en divisant tout par 120. Les comptes en banques de chacun seraient divisés par 120. Tous les biens sur les marchés seraient divisés par 120. Les dons par personnes qui auraient atteint la somme de 120 000,00€ par personne, retourneraient à 1 000,00€ par personne. Et si une personne envoie à une autre personne 120€ le 31 décembre, l'autre personne recevra 1€ le 1 janvier, sans que cela n'ai augmenté ou diminué son pouvoir d'achat. On peut même garder une monnaie liquide, tant que celle-ci a une masse invariable, son taux de change avec la monnaie virtuelle ne sera pas compliqué à calculer, cette dernière augmentant par paliers contrôlés, et non de manière anarchique comme c'est le cas actuellement via les emprunts bancaires.

11301606


Jérôme Tellier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.