Andalousie Je Me Souviens

"Dans les premiers moments j'ai cru Qu'il fallait seulement se défendre, Mais cette place est sans issue, Je commence à comprendre"

Corrida à Alès, 2013 Corrida à Alès, 2013

Honte à tous ceux qui savent parfaitement ce qu'on m'a fait et qui n'ont rien dit et qui ne disent rien.

 

Honte à ma famille qui m'a regardé mourir. Honte à ma compagne. Vous n'êtes pas avec moi, désormais vous êtes donc contre moi.

 

Honte à mon frère flic, Gabriel.

 

Tu as choisi un métier qui n'est pas fait pour toi, je te prédis qu'il te détruira parce que tu bosses avec des voyous. Tu as trahi ta famille, tu t'es trahi toi-même.

 

Tu diras à ta femme que le jour où elle sera accusée injustement d'avoir volé dans la caisse, ce jour-là, elle "saura quoi faire" : elle en trouvera un, d'avocat... Même message pour Dominique et tous ceux qui étaient de ma "famille".

 

Vous n'existez plus pour moi, vous êtes des putain de petits bourgeois, certains se disant de gauche et surtout vous êtes des merdes. Vous avez choisi pour l'Eternité.

 

Je souhaite qu'il vous arrive ce qui m'est arrivé et qu'on vous pisse à la raie comme vous avez fait, vous sentirez le goût du désespoir et de l'injustice. De toute évidence, vous ne le connaissez pas.

 

Des étrangers ont fait dix fois plus pour moi que vous ne ferez jamais.

 

Gabriel tu es la première des merdes. Honte à toi.

 

Jérôme Vigliano.

 

L'affaire est ici en partie : http://www.jeromevigliano.fr/parentheseradiojustice.html

 

https://www.youtube.com/watch?v=XUQSba_X26c

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.