Les Expulsions Locatives de DALO C'est Permis Et En Plus C'est Payant

Le 26 octobre 2012, Cécile Duflot, Ministre du logement, et Manuel Valls, Ministre de l'Intérieur, publiaient une circulaire demandant aux préfets de ne pas expulser les prioritaires DALO (Droit Au Logement Opposable) sans relogement. En 2016, les expulsions continuent dans la joie et en plus, faut payer.

Voici la Clé de Ton Malheur Voici la Clé de Ton Malheur

19 septembre 2016 14h31.

 

Voilà comment on traite les prioritaires DALO (Droit Au Logement Opposable) en France, sous un gouvernement de gauche, en trois bâtons.

 

1. La police te séquestre deux jours à l'IPPP (Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police) de Paris (15 juin 2015).

 

2. La police t'expulse pendant que tu es enfermé - expulser en ton absence c'est illégal mais c'est pas grave, c'est la police (17 juin 2015).

 

3. La Préfecture de police vient te demander du fric un an plus tard, alors même que tu es bombardé de recommandés et pilonné de mails d'huissiers d'administrations publiques et que tu te retrouves dans le trou du cul du monde, sans pouvoir travailler, en invalidité (16 septembre 2016, copie de la lettre en bas).

 

Rappel 1 : je me suis retrouvé en cessation de paiement de mon loyer suite à deux licenciements en 2008 et 2010 (deux victoires aux prud'hommes, suite de la première affaire actuellement au... pénal).

 

Rappel 2 : j'ai été expulsé après que mon propriétaire a refusé plusieurs fois mes paiements (constatation confirmée par le juge d'instance dans... le jugement d'expulsion !).

 

Rappel 3 : un prioritaire DALO ne peut pas être expulsé sans relogement. En théorie.

 

Nota Bene : la Fondation abbé Pierre gérait le dossier...

 

Nota Bene 2 : 6 % des DALO sont encore expulsés tous les ans dans la joie et la bonne humeur (source : commissariat de police de Paris 9, juin 2015).

 

Résumé : la République viole la loi, la police lui dit oui (merci commissaire R), la Fondation Abbé Pierre est "désolée", ensuite tu la ramènes pour dire que c'est pas normal, puis la police te fait fermer ta gueule (merci commissaire R) et enfin la police (merci commissaire R) appelle l'huissier (merci Maître L) pour vider ton chez-toi, puis Maître L te rend pas toutes affaires, on sait pas où elles passent. Et ensuite la République qui dit merde à la loi te demande de respecter la loi en lui filant 10 000 boules. Voilà.

 

Résumé de l'histoire de mon expulsion illégale ici sur mon site

http://www.jeromevigliano.fr/logement.html

Courrier de la Préfecture de Police de Paris - 13.09.16 Courrier de la Préfecture de Police de Paris - 13.09.16

Jérôme Vigliano - www.jeromevigliano.fr / www.facebook.com/ResistanceRueDeChantilly

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.