Les Flics Morts Ca M'intéresse Pas

21 avril 2017, hier un flic a été assassiné sur les Champs-Elysées. Je m'en fous.

Aylan Kurdi, un enfant retrouvé mort sur une plage de Turquie le 2 septembre 2015 Aylan Kurdi, un enfant retrouvé mort sur une plage de Turquie le 2 septembre 2015

J'ai pas de condoléances pour lui. Je ne sais pas si la veille ou un an avant il avait pas défoncé la gueule d'un gardé à vue, ou bien pire.

Quand je connais pas les gens j'envoie pas de condoléances.

Quand l'Inspecteur Jean-Louis Giroud a failli m'assassiner dans un commissariat de Lyon en 1994 parce que j'étais en train de pleurer, il n'a envoyé aucune condoléance à ma famille.

Pire, j'ai été condamné... pour les coups que j'ai pris sur la tête (parterre, menotté, en larmes, ils appellent ça "rébellion"). On appelle ça "enterrer un mort".

Il a détruit ma vie et m'a envoyé sur le chemin de l'éternel recommencement, sans que la justice ne m'envoie ses condoléances. A 29 ans j'étais encore un enfant, pour mon plus grand malheur. L'Inspecteur Giroud a brutalement fait sonner la fin de mon innocence ; bref, il m'a tué.

Deux autres fois dans ma vie quand j'ai voulu défendre mes droits et mon honneur face à des gens puissants ou face au système du fric, des flics ont menti ou abusé de leur pouvoir.

En 2008, j'ai été condamné sur les mensonges d'un flic qui m'avait insulté ("Toi t'es un connard", alors que j'étais en train... de pleurer), sans être convoqué au tribunal - et tout ça n'a pas pu arriver par hasard...

La dernière fois, pour couronner l'histoire sans fin, le flic m'a enfermé pour que je ne puisse pas "convoquer" la justice : deux jours pendant lesquels personne ne savait où j'étais, deux jours enfermé sur motif inexistant, deux jours pendant lesquels ce flic m'a expulsé illégalement de chez moi et a fini de détruire le seul truc qui me tenait encore à la vie : mon univers.

Aujourd'hui, je suis agonisant. Le Ministre de la Justice ne viendra jamais présenter ses condoléances à ma famille - d'ailleurs, elle en a eu tellement marre, ma famille, que j'en ai plus, de famille. A part ma mère en train de crever de plus me voir parce que j'ai été éjecté à 300 bornes de Paris. Ce qui ne dérange non plus aucunement ma famille.

Pas de condoléances pour le flic mort.

www.jeromevigliano.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.