France, Pays des Droits de l'Homme Riche

J'ai travaillé, j'ai souffert et quand j'ai souffert on m'a tapé sur la gueule, puis j'ai revendiqué et quand j'ai revendiqué on m'a expulsé de chez moi. Aujourd'hui, c'est pire, alors je recommence à revendiquer.

 

Chez moi, Paris, 1 rue de Chantilly, jusqu'en juillet 2015. Chez moi, Paris, 1 rue de Chantilly, jusqu'en juillet 2015.

25 février 2017.

Ici, sur mon site personnel (http://www.jeromevigliano.fr/media.html), page de tous les reportages qui m'ont été consacrés lorsque j'ai affiché ma vie et mes doléances sur le mur de mon appartement à Paris, 1 rue de Chantilly, entre 2012 et 2015.

TF1 20h00, France Inter JT 13h00, France Inter Pascale Clark, Métronews, Inrockuptibles, Agence France Presse, etc.

Trois ans, des dizaines, des centaines de soutiens, 200 jours sans courant en plein Paris, une agression par deux cocaïnomanes qui a failli me tuer, une condamnation pour m'être défendu, un harcèlement continuel avec injures et menaces et au bout de trois ans, une expulsion illégale par la commissaire Robert, Paris 9. 

Je ne peux plus travailler, je n'ai plus de famille, je suis isolé en plein champs dans l'Indre, je ne vois personne, ma santé se détruit à petit feu.

Les "autorités" s'en foutent.

Alors c'est reparti. Je vais faire du bruit au pays où la démocratie est "Cause toujours".

Je vais décorer ma jolie maison au milieu des champs à dix bornes du premier magasin. Quand je crèverai assassiné par les menteurs et le fric, j'aurai tout tenté.

Jérôme Vigliano, administrateur et créateur de la page Résistance Rue de Chantilly.

http://www.jeromevigliano.fr/media.html

 

Chez moi depuis juillet 2015 - Dans les champs berrichons. Chez moi depuis juillet 2015 - Dans les champs berrichons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.