La Mairie de Gargilesse Et La République Française Sont Aux Accusés Absents

L'univers des réseaux sociaux est un monde de violence et de manipulation pure. Mais lorsque même une mairie de campagne de la République française s'y met, ça vaut le détour, parce que pour la petite bourgeoisie et l'élite républicaine, il n'y a pas d'innocents, que des coupables. Pas de détail. La République ne fait pas dans le droit, elle fait dans le sulfatage.

Le petit village est gentil © Trinacra / Films A2 / Les Films du Splendid Le petit village est gentil © Trinacra / Films A2 / Les Films du Splendid

Gargilesse-Dampierre, gentil petit village classé parmi les plus beaux de France, dont le bourg principal est niché au creux d'une petite cuvette en pleine forêt berrichonne, au milieu de nulle part. Là où George Sand a vécu quelques-unes de ses plus belles heures. Là où peintres, poètes, sculpteurs, musiciens, hier et aujourd'hui, ont vécu et vivent dans la paix.

Peut-être ce "nulle part" est-il aussi inquiétant qu'il est délicieux. Je suis arrivé ici après avoir été violemment et illégalement expulsé de mon logement parisien par la commissaire Véronique Robert le 16 juin 2015, qui m'a séquestré (Code pénal 224-1) à l'IPPP pendant 24 heures pour pouvoir vider mon appartement sans être inquiétée. J'étais pourtant prioritaire DALO, je le suis toujours et la préfecture n'avait pas le droit de m'expulser sans relogement. Mes deux plaintes n'ont toujours pas reçu de réponse.

Ma situation de désespoir, de solitude et de dépression, je me trouve obligé de l'étaler sur les réseaux sociaux, pas pour le plaisir, j'avais une vie avant... Un métier, une famille (un peu), des amis, une copine, des voisins...

J'ai du, à mon grand dam, et dès 2012, exposer mon intimité sur Twitter, Facebook, Youtube, un site internet personnel www.jeromevigliano.org, ce blog, et il y a quelques années j'ai ajouté à cette panoplie explosive Périscope, un réseau de diffusion vidéo en direct pour tout le monde. Mais pas pour les gentils flics ni pour les gentils petits bourgeois - NB : Périscope a été fermé à la diffusion le 1er. avril 2021 et appartenait à Twitter.

J'ai mis du temps à comprendre que les utilisateurs de Périscope, en majorité, n'allaient pas sur cette appli (raccourci de site internet pour smartphones) pour tenter de trouver des solutions mais bien pour créer des problèmes. Quand je l'ai compris, il était trop tard : tout un aéropage de réels sociopathes, psychopathes, désaxés, criminels, écumait cette appli en toute liberté et sans modération de la part du site, ni encore moins des forces de l'ordre, qui "s'en foutent", de Périscope, m'ont-ils dit.

Ce sont des gens - bienveillants, eux, ou manipulés, on ne peut jamais vraiment savoir - qui regardaient mes diffusions en direct qui sont venus me prévenir par écrit sur le chat (discussion en ligne) que plusieurs tarés parlaient de moi et de mes vidéos, en m'insultant, m'humiliant, me diffamant, me menaçant, sans même me connaître, sans même que je les connaisse, sans même que je n'aie vu une seule de leurs vidéos - on pouvait diffuser ou regarder, sur Périscope.

Michel Laloue Michel Laloue

Parmi eux, il y avait un certain "Eparcyl" (photo), pseudonyme utilisé sur l'appli par un individu multi-condamné et reconnu malade mental par des experts. Moi, je le précise, j'utilisais et utilise toujours quand j'ai quelque chose à dire de sérieux, mon prénom et mon nom, Jérôme Vigliano, sur les réseaux sociaux, mon adresse est même publique - grâce aux agissements criminels d'une employée au moins de la mairie de Gargilesse-Dampierre - on y vient...

Je ne suis pas allé voir les conneries de ce désaxé ni celles d'autres internautes comme Jean-Louis Giordano (qui aurait "créé le Comité Miss France avec Geneviève de Fontenay et se présente aux élections présidentielles de 2022"... Se plaît-il à raconter, du haut de ses 60 balais, après avoir roulé une pelle à une gamine de 18 ans environ dans une bagnole et avoir mis la vidéo en ligne sur internet) ; ou celles de Jimmy Barthel, auto-proclamé "spécialiste en droit", "pilote d'avion" et se targuant d'avoir réussi à faire plier Anne Hidalgo et sa mairie pour avoir un logement social, juste en taggant des arbres et en bloquant des métros dans Paris...).

L'exercice préféré de ces deux-là et d'autres n'est pas de créer du contenu avec leur cervelle mais de parasiter les vidéos d'autres internautes, les retransmettre en se gaussant comme des phoques avec leurs abonnés hilares ou bien selon les cas, en prétendant apporter une "analyse" psychologique, sémantique, judiciaire... Les sangsues font pareil mais dans leur cas, elles le font car c'est dans la nature des choses...

Jean-Louis Giordano - Univers France Jean-Louis Giordano - Univers France

Leurs conneries, leurs deliriums vaniteux avec applaudissements de foules anonymes sous acide, j'en avais rien à foutre, j'étais là pour trouver de l'aide, pas pour inventer des problèmes comme ces tordus qui prétendent avoir une vie et qui passent leur temps... sur les réseaux sociaux, à goûter l'adulation d'inconnus les hissant au rang de "vedettes" du web. J'ai continué à faire mes vidéos et expliquer mon histoire. Trouver solution ou pas, tel n'était pas le problème. Il fallait au moins essayer autre chose.

Mais "Eparcyl", de son vrai nom, Michel Laloue, né le 12 août 1959 à Besançon, Doubs, ne le voyait pas de cet oeil. Parce que dans sa tête, c'est un sacré merdier : les experts-psychiatres appellent ça "aménagements psychotiques de la personnalité" - en termes plus familiers, il a une case en moins, Michou. C'était aux alentours de 2017, quand j'arrivais sur Périscope comme un viking arriverait en Islande en pensant avoir trouvé la Terre promise d'Amérique.

Il a fallu des années pour que quelqu'un m'explique pourquoi ce tordu me poursuivait (!!) : il me cyber-harcelait parce que - m'a dit cet internaute... J'avais bloqué Michel "Eparcyl" Laloue !! Bloqué après qu'il m'avait - me dit-on - proposé de trafiquer mon compteur électrique pour que je ne paie plus mes factures (il est électricien au noir, de métier, Michel). Je l'avais bloqué précisément... pour ne pas favoriser la venue de problèmes ; c'est ce qu'on fait sur les réseaux sociaux et dans la vraie vie : on se met à l'abri, quand on est pas suicidaire. Mais c'est l'inverse qui arriva. Avec des psychotiques obsessionnels, il ne faut pas réfléchir comme une personne saine d'esprit. Le bloquer ne l'a pas calmé, le bloquer a déclenché son ire, comme tous les malades avides d'être aimés, entendus et qui sont prêts à tuer pour ça, au sens propre ou au sens figuré.

Dès lors, Michel "Eparcyl" Laloue n'a eu de cesse de faire des vidéos pendant des heures et des jours et des mois et des années, juste sur un sujet : moi, Jérôme Vigliano... Et sur d'autres, plein d'autres, mais le truc avec Laloue, c'est que plus on lui répond, plus il vous répond. Et moi, je suis comme ça, plus on me casse les noix, plus je me défends, alors j'ai pris plus cher que la moyenne.

Si seulement il s'en était tenu à des vidéos. Non, il s'est aussi adonné à son activité favorite, les appels malveillants, associés au swatting, crimes et délits pour lesquels il a à ce jour (29 avril 2021) été condamné 26 fois (vingt six) par la justice, dont une dans le cadre de l'affaire Estelle Mouzin, petite fille de 9 ans supposément assassinée par Michel Fourniret.

Mairie de Gargilesse-Dampierre Mairie de Gargilesse-Dampierre

Le swatting consiste à alerter les services d'urgence, à distance bien entendu (police, pompiers, hôpitaux...) sur des motifs fallacieux, afin de mettre la vie des gens visés - les personnes dont on donne l'adresse pour une intervention comme les services d'urgence - en danger. Juste pour s'amuser, ou se venger, ce qui pour les dégénérés, revient au même.

Cette pratique criminelle et incontrôlée par ceux qui devraient la contrôler s'est développée logiquement en même temps que l'univers numérique, celui que la République et ses services de maintien de l'ordre et de la justice font mine de ne pas voir et qui vont leur péter à la gueule un jour. Bien plus fort que lors d'événements dramatiques arrivant déjà régulièrement. Le dernier événement en date étant l'assassinat supposé (présomption d'innocence) le 11 avril à Pantin (Seine-Saint-Denis) de Mamadi T., internaute, par Keneff, autre internaute, qui l'aurait tué suite à une dispute sur Bigo (une appli "remplaçant" Périscope) et une visite de Mamadi qui n'était pas "de courtoisie" au domicile de Keneff. Keneff étant par ailleurs également connu pour être le fils de l'actrice française Firmine Richard.

Keneff étant connu également pour avoir eu maille à partir de nombreuses fois sur Périscope avec Michel "Eparcyl" Laloue, le même qui a appelé la mairie de mon bled, mairie qui a tout simplement fourni mon adresse à Michel Laloue sur sa bonne mine téléphonique...

Le dit-Laloue a d'ailleurs été interpellé il y a plusieurs années par la police en région lyonnaise, dans une chambre d'hôtel avec une hache, lors d'un de ses nombreux déplacements, après avoir affirmé sur Périscope qu'il allait la foutre sur la gueule de Keneff - la hache. La chambre a été perquisitionnée, et Laloue a été emprisonné.

Laloue a encore été emprisonné pour trois ans, dont deux ferme, suite à jugement correctionnel du Tribunal de grande instance le 20 septembre 2019, et condamné à payer des amendes à quatre victimes parties civiles au procès, dont... Keneff - extrait du jugement ci-dessous.

Jugement Michel Laloue - TC Avignon 20.09.19 Jugement Michel Laloue - TC Avignon 20.09.19

Laloue est ressorti de prison, encore, en janvier 2021, avec remise de peine de six mois, obligations de soins, y compris par hospitalisation, interdiction d'aller sur les réseaux sociaux, interdiction de contacter ses victimes, et Laloue, encore, récidive. Il a contacté au moins une de ses victimes, a des dizaines de comptes sur les réseaux Tik Tok, Youtube, Twitch, Twitter, Facebook, continue à publier des vidéos de menaces puis à les retirer rapidement, pendant que des gens les enregistre avant qu'elles ne soient effacées. Puisque la police et la justice ne semble pas se sentir concernées par le danger représenté par les agissements de cet individu en période probatoire, malgré la facilité extrême avec laquelle le flagrant délit pourrait être constitué.

Tout comme les gendarmes d'Argenton-sur-Creuse n'étaient pas concernés quand je leur ai rendu visite les 14 et 25 juillet 2019 pour déposer plainte contre Michel Laloue et qu'ils ont refusé de prendre ma plainte. Violant par là-même le Code de procédure pénale (15-3), le Code pénal (mise en danger de la vie d'autrui, 223-1), se rendant coupables de non-assistance à personne en danger, injures non publiques (le zozo en uniforme de la République à ma droite est allé même jusqu'à se foutre de ma gueule), incitation à commettre un crime par abus d'autorité et donc complicité.

J'avais ces quatre "gendarmes-de-Saint-Tropez" en face de moi :

- à ma gauche, le tropézien qui balaie derrière le comptoir pendant que je demande à déposer plainte

- à sa droite, le tropézien qui ne disait rien

- ensuite la "gendarmette-de-Saint-Tropez" qui me lance "mais Monsieur, vous êtes aussi, vous aussi, sous obligation de soins" (ah bon, les gendarmettes écrivent des fictions maintenant...)

- et ensuite le tropézien qui me lance, avec le sourire goguenard du mec payé avec mes impôts prélevés à la source pour boire le Ricard à 4 heures de l'après-midi dans une gendarmerie déserte où quatre gendarmes foutent rien à part balayer et ricaner : "dites donc, Monsieur, on est allés voir votre compte Twitter, vous appelez tout le temps au secours, vous n'auriez pas besoin d'un petit séjour à l'hôpital des fois ?". En ajoutant, à la vue des captures d'écran avec menaces de mort signées par Michel Laloue : "non, ça c'est  pas bon ça". Ensuite, les mêmes viennent pleurnicher que "la population, elle nous aime pas".

 © SNC / Franca Films © SNC / Franca Films

Pour les chanceux qui ne seraient pas au fait de ce genre de merdier, les forces de l'ordre ont obligation de prendre une plainte, sans condition, sur-le-champ. Sans commentaire de zozo payé à rien foutre avec vos impôts. Quand bien même vous seriez "sous obligation de soins". Même sans aucun élément de preuve (j'en avais une pile). Et si, zozo, ce que je t'ai montré, "c'est bon".

Et le premier boulot des vrais gendarmes, pas les tropéziens d'Argenton-sur-Creuse, c'est d'abord d'aller consulter le fichier STIC, Système de Traitement des Infractions Constatées, pas Twitter.

Donc ! Deux mois après que les gendarmes d'Argenton-sur-Creuse ont REFUSE ma plainte, m'ont traité de malade et ont fait une visite sur Twitter pour toute enquête, Michel Laloue est condamné à trois ans de prison et expertisé "malade mental".

On applaudit bien fort la gendarmerie d'Argenton-sur-Creuse !

Et donc ! Une semaine après qu'ils refusent ma plainte (juillet 2019) contre Michel Laloue, le gorille se sentant pousser des ailes, puisque les gendarmes se rendent complices de ses exactions, il continue d'appeler massivement la mairie de Gargilesse-Dampierre, où j'habite (c'est Claudine, la secrétaire de la mairie, qui me le dit), ou bien la fait appeler pour dire que, je cite "je tue mes chats". La gendarmerie sur ce coup, envoie quatre gendarmes tropéziens vérifier si le mec aux 26 condamnations, à distance, à 500 km au téléphone, dit vrai sur moi. Ils tombent sur mon voisin Stéphane, éleveur de chiens, qui leur rit au nez. Au même moment, je suis dans leur gendarmerie, avec leur quatre autres collègues, qui eux, avec preuves imprimées pour eux spécialement, sous le nez, sur place, ne prennent pas ma plainte. Claudine m'annonce également, que moi, je suis sous "surveillance de la gendarmerie" !

De fait, et déjà, le 14 février 2019, lorsque le Chef de l'Etat rend visite à son ami Vanik Berbérian (le maire et président de l'association des villages ruraux de France) à Gargilesse même, j'ai un car de gendarmes devant chez moi, au milieu des champs, pendant qu'Emmanuel Macron est dans le bourg - j'ai écrit la veille un article ici même, dans lequel j'interpelle le Chef de l'Etat pour avoir justice. Appel resté sans réponse. A part un car de flics.

Quelques jours plus tard, toujours en été 2019, Laloue appelle la mairie de Gargilesse-Dampierre (Indre) et cette fois, c'est le pompon, Stéphanie, l'autre secrétaire, également employée à mi-temps par la mairie de Badecon-le-Pin (Indre), tape tranquillement la discute avec Laloue, lui affirme, que, en effet, je suis "malade" (forcément, je tue mes chats !) et comme une fleur lui donne mon adresse précise, quand Michel Laloue la demande. Et Michel Laloue enregistre la conversation, et produit une vidéo de 29 minutes dont voici un extrait, sur la chaîne Youtube que j'ai été obligé de créer, puisque la justice et les FDO REFUSENT de prendre mes plaintes. Chaîne alimentée avec le contenu produit par Michel Laloue lui-même !

Vidéo dans laquelle on entend la secrétaire de la mairie de Gargilesse-Dampierre, donc, employée de la République française, fournir de quoi venir me tuer (projet affiché publiquement par Michel Laloue sur les réseaux sociaux).

laloue2

Stéphanie, donc, nom de famille toujours non fourni par la mairie de Gargilesse-Dampierre pour ma plainte se rend coupable de :

- mise en danger de la vie d'autrui (Code pénal 223-1)

- violation de vie privée (Code pénal, Code civil, loi sur la presse de 1881...)

- incitation à commettre un crime par abus d'autorité et donc, complicité.

Je suis allé hier, 28 avril 2021, à nouveau réclamer le nom de famille de Stéphanie pour le fournir au Procureur général de Châteauroux (la procureure de Châteauroux refusant mes plaintes transmises par la gendarmerie d'Eguzon (Indre), qui, elle, fait pourtant son travail). Et prévenir que Laloue était en liberté...

Mais de nom je n'ai pas obtenu, puisque, à la mairie de Gargilesse, hier, la seule personne habilitée et présente était... Stéphanie, secrétaire de mairie, toujours en poste, non inquiétée par la justice ni par la mairie de Gargilesse-Dampierre, par aucun adjoint au maire, ni par Vanik Berbérian, ancien maire décédé en mars 2021. Ni Madame Marie-Claude Mançois, première-adjointe au maire en 2019, qui ne m'a jamais rappelé malgré demande faite en été 2019 sur place, en présence de Stéphanie, et l'autre secrétaire, Claudine. Stéphanie ayant reconnu les faits dont je l'accuse.

Gargilesse Bourg Gargilesse Bourg

Non, hier, à la mairie de Gargilesse-Dampierre, sur 11 membres du Conseil municipal, zéro étaient présents, en pleine matinée, en pleine semaine.

Le maire étant mort, il est bien entendu excusé. Deux autres conseillers municipaux ayant déjà démissionné, moins d'un an après les élections de 2020, il reste donc 8 personnes dans le Conseil municipal. Dont zéro était présente hier.

Le 6 juin aura lieu le premier tour des élections municipales partielles à Gargilesse-Dampierre, afin d'élire de nouveaux conseillers municipaux aux postes vacants et par conséquent, d'élire un nouveau maire.

Je serai candidat à ces élections comme je l'étais en 2020, seul face à la liste unique de 11 personnes de Vanik Berbérian et en premier lieu pour montrer à M. Berbérian ce que c'était que la République. Auparavant et depuis trente ans, dans ce petit village tranquille, les électeurs avaient le choix entre la liste Berbérian... et la liste Berbérian.

Je n'ai pas écrit tout ça dans le cadre d'une campagne municipale, j'ai un métier, que je ne peux plus exercer, depuis que j'ai été expulsé de ma vie et de ma ville, par la République française hors-la-loi.

J'ai écrit cet article comme on prend l'instantané d'un système moribond, celui qui s'auto-proclame "République française" à longueur de journées dans la bouche d'élus gavés de fric ou de pouvoir, déconnectés de la réalité et qui, dans mon cas :

- laisse un multi-récidiviste reconnu "dangereux sur le plan criminologique" et "présentant des aménagements psychotiques de la personnalité" exercer publiquement depuis des années ses activités criminelles sur le web et récidiver en pleine période probatoire

- laisse ses forces de police et de gendarmerie violer la loi

- laisse ses magistrats faire obstruction à la justice et déni de justice

- laisse ses employés de mairie violer la loi

- et laisse ses mairies... Vides.

Fait à Gargilesse-Dampierre, pour faire valoir ce que de droit, le 29 avril 2021.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.