Le Pays des Droits de l'Homme Riche


29 mai 2015 14h09.

Je suis prioritaire DALO (donc normalement inexpulsable jusqu'à relogement en logement social), travailleur handicapé et en procédure d'expulsion - quand même. Je reviens d'un rendez-vous avec la Fondation Abbé Pierre.

Malgré tout ce qui m'a été dit par un avocat spécialisé DALO et la Cellule de veille des expulsions du Haut comité au logement du Gourvernement, et malgré la visite de la Gestapo de la République à mon domicile, il semblerait que je ne sois pas expulsable pour l'instant.

Pourquoi ?

Car le seul et unique signe qu'une expulsion locative est programmée c'est un courrier de la Préfecture de police en informant le locataire -  je n'ai pas reçu ce courrier.

Cette information a été confirmée par quatre personnes de la Fondation Abbé Pierre.

Le courrier que j'ai reçu du commissariat serait donc juste du vent et la demande par l'huissier de l'assistance de la force publique pour m'expulser une pression psychologique, ou selon les termes préférés, une manière de justice aux flingues - et accessoirement une violation de la loi.

Il y a la Corée du Nord, au parti politique unique et où les gens ont même peur de parler dans la rue, et il y a la France, avec ses grandes idées, son système social, ses critiques des dictatures avérées... et sa pratique particulière de la loi.

Voilà ce qu'est devenue la France : le pays des droits de l'Homme riche.

Et pendant ce temps un flic plein de pinard a tué un travailleur boulevard Sébastopol à Paris en fonçant sur sa voiture de livraison avec 2,13 grammes d'alcool dans le sang.

Bonne journée.

Jérôme Vigliano.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.