Pôle Emploi Est Au Chômage / Saison 1 - Version Censurée Par Mediapart

Mediapart a supprimé cet article contenant des noms et coordonnées au motif que c'est contraire à sa charte de publication. Sans vérifier que les coordonnées et noms étaient... publics... Je m'autocensure donc, pour ne pas violer la ligne du parti, et je re-publie.

Fernand Raynaud Fernand Raynaud
Saison 1 Episode 1 - Eté 2014 - Murielle n'a pas de coupe-papier / Murielle hasn't got any paper knife.

Je fais condamner Pôle Emploi par le Tribunal administratif de Paris pour m'avoir radié - Muriel, Directrice de l'agence Saint-Pétersbourg à Paris n'ayant pas ouvert mon recommandé mais soutenant par l'intermédiaire de son administration touristique que "Monsieur Vigliano vous n'avez jamais répondu à nos courriers". C'est clair, quand on ouvre pas les courriers, c'est difficile de se mettre au courant...

Je suis ré-intégré au bout de sept jours et Pôle Emploi me verse 80€ de dommages, sur condamnation du Tribunal administratif. Là, tu te dis que Murielle elle a trouvé son coupe-papier pour vite ouvrir les prochains courriers.

Mon référent, Monsieur Jean-Claude, me fait : "Mais pourquoi vous avez fait ça ?!".

Un ange passe.

 

Episode 2 - Automne 2015  - La "Pré-Cognition" du Crime / Minority Report.

Même topo un an plus tard. "Monsieur vous n'avez pas envoyé votre déclaration de revenus, c'est pas bien on va vous couper les vivres". Pôle Emploi me coupe les vivre. J'envoie des milliards de mails à tout le monde, qui restent sans réponse, en leur disant que si, j'ai envoyé ma déclaration les amis. Et je vous rappelle que Murielle, elle a acheté un coupe-papier maintenant.

J'appelle Madame Murielle sur son téléphone mobile, elle écoute le problème, me dit qu'elle me rappelle, elle me rappelle pas. Normal.

Après des jours de folie administrative, alors même que je viens d'être expulsé de chez moi, que je n'ai pas un rond et que je suis malade (ils le savent que je suis en invalidité hein mais c'est pas grave Monsieur, vous vous faites des idées), mon référent se réveille et me dit que ça va être rétabli... il faut juste que j'envoie ma déclaration...

Non, Jean-Christophe, je n'enverrai rien de plus, mec, tu vas me payer sinon on va retourner au tribunal (je l'ai dit plus gentiment mais je lui ai quand même raccroché au nez parce que ça commençait à me fatiguer, surtout après une nuit blanche).

Quelques heures plus tard je suis payé. Je n'ai rien renvoyé parce que je l'avais déjà fait. Le problème est qu'ils n'avaient pas... je cite... "traité mon courrier", me dit mon référent entre deux longs sucrés. On parle d'un délai de plusieurs semaines entre la réception et l'éventuel traitement, précisons-le.

On a donc une administration qui semble être consciente qu'elle n'a pas les moyens de faire la police mais qui fait la police quand même : "on a pas traité ton courrier mec mais préventivement et en attendant, on va suspendre tes alloc et on verra après". Et encore là je plaisante parce que dans les faits, ils coupent mais ils préviennent pas qu'ils coupent. C'est encore plus intelligent.

 

Saison 1 Episode 3 - 25 février 2016 -14492€ / 14492$

J'ai fait ma déclaration de revenus 2015 tardivement... Attendez Wait a minute... Pourquoi ai-je fait ma déclaration tardivement ?!

Parce que le 17 juin 2015 j'ai été violemment et illégalement expulsé de chez moi à Paris, par la commissaire R (Bob, from The US Marshall of The United States of America), qui n'a rien à foutre de la loi DALO et rien à foutre de la loi, et par Maître L, huissier de justice à Paris, qui n'a rien à foutre de la loi DALO et rien à foutre de la loi (pas d'expulsion sans relogement pour un prioritaire DALO disent cette loi et son annexe).

Mise à la rue après séquestration et enfermement de deux jours à l'Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police (IPPP) par la Wafen SS - afin de pouvoir m'expulser tranquillement et sans bruit - je suis relâché après deux jours règlementaires, les psychiatres ne comprenant pas bien pourquoi la police m'a envoyé dans ce trou à rats (Hé hé hé hé ! Oh oh oh oh !). Destruction de ma vie, violation de la loi par des fonctionnaires assermentés, tout le monde s'en tape. La Fondation Abbé Pierre est désolée, les avocats c'est trop gros pour eux, l'IGPN ça les dérange pas, le Ministère du logement fait le mort. Bien.

Donc, en 2016, je fais ma déclaration, une fois que j'en ai les moyens et que je suis un peu remis. Je ne reçois pas l'avis d'imposition à temps pour déclarer mes revenus à Pôle Emploi comme tous les semestres.

Je contacte le Trésor Public, je préviens Pôle Emploi du problème bien en amont et demande instamment qu'en attendant de résoudre ce problème SIMPLE, mes allocations ne soient pas suspendues.

Puis au bout de quelques jours, plus de signe de vie. Et suspension du versement de mes allocations sous prétexte que Pôle Emploi n'a pas ma déclaration de revenus.

J'envoie mille milliards de mails, j'appelle Murielle, Directrice de l'agence Pôle Emploi Saint-Pétersbourg à Paris, la même qui a pris dans la gueule par le Tribunal administratif. Je l'appelle sur son téléphone mobile, répondeur, je laisse un message, elle ne rappelle pas.

Murielle, la même qu'en 2014 et la même qu'en 2015. Parce que bien entendu, le Tribunal administratif a condamné Pôle Emploi grâce à ses conneries mais bien entendu, comme elle n'ouvre pas les recommandés, elle ne doit même pas être au courant.

Voilà l'histoire de con.

Et me voilà pour la troisième fois, en ce mois de février 2016, sans argent (sans chauffage, sans eau chaude - ça c'est depuis un mois déjà).

- Murielle ou bien ses collègues touristes,

- Sophie G, qui m'a répondu une ou deux fois (hé oui !)

- Patrick L, qui suit l'affaire en copie de mail,

- Jean-Christophe, mon référent qui reprend un café à la machine et qui m'a déjà laissé crever en 2014 et 2015 sans répondre aux mille milliards de mails que je lui envoyais parce qu'il prenait déjà un café à la machine,

tous ces gens, auraient pu, à un moment, appeler :

Fouzia A ou Claudine V, mes deux contacts au SIP de Paris 9e (Trésor Public),

pour leur dire : "Alors les filles, combien il a palpé en 2015 Monsieur Vigliano ? 14492€ ? D'accord merci",

et le problème était résolu.

D'autant que, les 14492€... c'est Pôle Emploi qui me les a versés... et qu'accessoirement, j'ai déclaré 12 putain de fois en 2015, que je ne travaillais pas, à chaque actualisation, et que donc, mes seuls revenus sont ceux versés par Pole Emploi.

Mais non, Sophie G, elle préfère écrire des mails, et Fouzia et Claudine du Trésor Public, elles pouvaient appeler Pôle Emploi mais Fouzia et Claudine elles ont plus le téléphone au Trésor, avec tous ces milliardaires qui placent leur pognon aux Caïman, y a des restrictions de budget.

Du coup, avec ces buveurs de café, ces joueurs de Scrabble et ces travailleurs pauvres de la République française, ben Vigliano (c'est moi), lui, il peut rester à se peler avec 13 degrés chez lui et dix dans son lit parce qu'il peut pas remplir sa citerne de gaz.

Et pour se réchauffer, ben il passe son temps à raconter sa vie sur Mediapart.

Si quelqu'un passe par là (pas une assistante sociale hein, elles sont invitées à un défilé de mode), vous qui lisez, vous pouvez appeler le 22 à Asnières pour qu'ils appellent Pôle Emploi pour qu'ils appellent le Trésor Public ?

Merci.

Jérôme Vigliano.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.