France Terre d'Asile de Fous

Charité qui se fout de la charité et arguments surgelés.

Abracadabra Abracadabra
Pour les gens qui au sujet des migrants actuels vers la France, utilisent pour défendre leur venue massive, l'argument qui veut que la France est faite d'immigrés, portugais, italiens, espagnols, polonais, etc.

Ces vagues d'immigrations c'était pas en 2016, c'était il y a 100 ans ou à des moments où la France n'était pas à genoux comme aujourd'hui. Un SDF qui veut accueillir 50 SDF chez lui vous savez ce que ça donne ? Je l'ai vu en maraudant dans Paris, ça donne des bagarres.

Quand on a pas les moyens d'être le pays des Droits de l'homme et de l'asile politique, faut trouver un autre fonds de commerce et commencer par balayer devant sa porte, comme par exemple vendre des sacs Vuitton ou des Rafale Dassault au monde entier.

Dans le cas du fameux savoir-faire de l'armement français, faudrait aussi penser qu'accueillir 6000 ou 8000 ou 500 migrants ça va pas sauver les centaines de milliers qui crèvent sous les bombes (françaises ?) en Syrie et ailleurs. Ni ceux qui y auront échappé et qui vont vouloir prendre la relève de ceux déjà ici.

Quand vous aurez des jungles calaisiennes dans chaque quartier de Paris parce que personne ne pourra les prendre en charge, qu'est-ce que qui va se passer ?

Le 115, on le rappelle, chaque jour, ne donne JAMAIS de réponse positive à tous les sans-abris autochtones qui le contacte.

Mes aïeux maternels étaient italiens mais quand ils ont migré en Algérie (volée par la France aux Algériens), ils ne sont pas venus dans un pays où se loger était un luxe.

Aujourd'hui, la France hypocrite veut réussir ce qu'elle ne peut même pas réussir avec ses autochtones : donner des droits de base aux désespérés qui font des milliers de kilomètres pour trouver secours, pendant qu'au bout de la rue, ceux qui n'ont qu'un pas à faire ne le font même plus.

Quand tu veux aider ton prochain, commence par aider ton voisin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.