Extinction programée , le déni de l'humanité

Face à l'accélération des bouleversements de notre environnement , nous sommes , nous les humains , dans le déni permanent et la fuite en avant .

Les crises profondes qu'engendre le changement climatique , la précarité , l'insécurité alimentaire qui deviendra la regle demain , nous pousse inexorablement à etre de plus en plus revendicatif , suceptible et agressif . Revendicatif quand à la perpétuation de notre mode de vie coupé de la réalité de notre finitude et de notre fragilité . L'univers qui nous à vu naitre est le fruit d'équilibres subtils dont nous cherchons à nous affranchir . Abreuvés de fables qui ont fait de nous le centre , voir le but de notre univers , nous ne pouvons remttre en cause celles-ci . Persuadé de notre supériorité , de la supériorité de notre intelligence , nous sommes aveuglés sur les conséquences de nos actes .

Notre irrésposabilité n'a d'égal que la négation de nos instincts primaires . Ces instincts primaires qui ont façonner nos sociétés et nos relations au vivant . La domination de ces instincts est remplacée par la volonté de domination de l'ensemble de la nature et de ses lois immuables . Non seulement nous coupons la branche sur laquelle nous sommes assis , mais nous recherchons à recréer in vitro un arbre et des arborescences pendant que nous scions , pour continuer cette aventure dont nous ne savourons même pas l'extraordinaire richesse . Dont nous ne mesurons même pas la fascinante suite d'improbabilités qui nous ont vu naitre .

Depuis quelques décénnies maintenant , des humains éclairés par la science et l'observation , par le constat et l'instinct , nous avertissent du danger . Tout est résumé aujourd'hui dans cette formule du GIEC : l'aventure du vivant et de la vie se poursuivra , avec ou sans les homos Sapiens-sapiens que nous sommes . Il est clair dorénavent que nous suvivrons difficilement aux changements que nous imposons à notre environnement . Et notre environnement c'est une planète isolée dans un univers infini , d'ou notre intelligence nous permet de s'extraire momentanément . Quelques sauts de puces dans l'éspace ou sur notre satellite , la lune . Une planète d'une richesse infinie aux ressources finies , définies par des lois physiques incontestables . L'equilibre des forces qui ont aboutit à notre éxistence reste le même , sur les lois de l'univers nous n'avons pas prise . Nous ne pouvons les modifier ni les influencer dans leurs globalité .

Debout sur cette planète , nous cherchons à garder le controle , abreuvés de fables sur notre puissance .

Nous sommes dans le déni , la fuite en avant , la négation de la réalité .

Nous sommes mortels et nous allons mourrir , nous sommes mortels et nous allons souffrir . Des souffrances psychologiques et physiques qui engendrerons d'autres souffrances psychologiques et physiques dans un cercle vicieux .

L'air que nous respirons est pollué , l'eau que nous buvons est polluée , la nourriture nécéssaire à notre survie est polluée . Et ces pollutions toxiques sont le fruit de nos activitées . Des activitées que nous sommes incapables de modifier .

Aveugler collectivement et individuellement , nous procréeons avec un automatisme ahurissant . Nous nous répandons - bientot 8 milliards d'etres humains ...

Quelle utilisation faisons-nous de nos sens ?

Quelle utilisation faisons nous de nos intelligences ?

Quel est l'apport de notre conscience ?

Quelle utilisation faisons-nous de nos capacitées ?

Nous sommes dans le déni total , dans une fuite en avant absolue . Nous cherchons à oublier , nous nous réfugions dans la virtualité , la souffrance nous ramène à la réalité .

Les catastrophes s'enchainent , nous sommes enchainés . Nous sommes prisoniers de notre planète , de notre environnement . Faute d'avoir su le respecter , nous respecter , nous risquons de disparaitre . Pas d'un coup de bagette magique . Lentement , au gré des catastrophes et d'évenements traumatiques et violents .

Il nous reste le sommeil pour réellement rêver .

Tant que nous pourrons dormir ....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.