Manifeste contre la désinformation

Alors que la position à adopter face aux médias actuels (BFM, C-News, France-Info…) semble plus qu’acquise pour la plupart des utilisateurs Mediapart, et je dit bien « pour la plupart », il ma paru utile et très intéressant de penser au reste de la population.

            C’est pour cela que j’ai choisit de rédiger ici une sorte de « manifeste », c’est à dire un texte ayant pour but d’ouvrir les yeux aux personnes qui pensent encore que les chiffres du ministère de l’intérieur sont les plus fiables, et qui pensent encore (malgré-eux) que le président polarise absolument tout ce qui se passe dans notre pays. Ces deux exemples caractérisent en effet très bien l’acharnement médiatique actuel : stérile, faux, et même archi-faux.

 

            Je ne reviendrais pas (même si c’est inévitable d’en parler) sur le fait que les grandes chaines Tv d’information en continue, et aussi que beaucoup de journaux autrefois riches et intéressants (prenez Le Monde par exemple), se sont pour la plupart fait racheter par des oligarques, et ne sont aujourd’hui que l’ombre de se qu’ils furent jadis. En effet, c’est parce que mes connaissances dans domaine sont encore relativement sombres, que je vous conseille ici de lire le fameux livre : Crépuscule de Juan Branco (qui en plus s’inscrit dans le contexte explosif de la crise des gilets jaunes).

 

           En considérant comme acquis le fait qu’aujourd’hui les grands médias (en excluant bien sur toute la presse libre, participative etc.) ait été rachetés pour la plupart, je vous propose d’étudier ici plus directement le mensonge difficilement perceptible (au début), et quasi-pervers que cachent ces fameuses chaines d’information en continue. Car même si cela peut paraître simple pour certain d’entre vous, je pense ici à tous le reste, tout ces gens obnubilés, à l’âme étiolée par ce déversement intarissable d’images rendant un véritable culte, faisant même la consécration du libéralisme gouvernementale, de l’enfermement croissant dans un « techno-cocon » confortable et stérile (lire Les Furtifs d’Alain Damasio, pour tirer le plus croustillant de tout ça), et en somme d’un capitalisme pervers visant l’acceptation de l’inacceptable par nos sociétés de plus en plus naïve (à prendre avec des pinces, j’entend ici uniquement par le terme « naïf » l’influence néfaste qu’on les médias sur nous).

 

            D’après moi, la première étape primordiale pour une émancipation réussite de l’homme face à ce fléau médiatique, est de s’inscrire sur Mediapart (je conçois bien-sûr que 90% des personnes qui lisent cet article le sont déjà)… Cette presse libre, participative, extrêmement complète et efficace qui, personnellement, m’a permis de changer radicalement mon point de vue sur le monde, et principalement sur les chaines d’info en continue. D’autant plus que les offres raisonnables qui sont proposées lors de l’inscription (j’ai pour ma part obtenu plusieurs mois d’inscription gratuitement) permettent d’établir un bilan sur se que le site nous à apporté, et sur la qualité de se qu’il propose, pour ensuite prolonger votre abonnement (15 euro par mois, c’est largement justifié).

 

            Bref, cette inscription vous permettra probablement de faire quelque chose de très interessant, qui consiste en l’observation des non-dits des chaines comme BFMTV, France- info… et en la mise en contraste de l’information proposée par Mediapart avec celle que propose les autres chaines. Si votre esprit sait faire preuve de bon-sens, il devrait rapidement (ou pas) se rendre compte de la quantité de choses qui ne sont pas citées par ce type de média, et des sujets très mal évités par des journalistes qui ne cessent de rabâcher les faits sans interruptions, qui souvent font des spéculations fausses, et qui n’hésitent jamais (ici le terme « polarisation » prend tout sont sens : l’attirance et le rayonnement) à se baser sur les informations de la planète-Macron, planète-Edouard Philippe ou encore planète-Castaner (voir par exemple le scandale de la Pitié-Salpêtrière).

 

            Un des vices les plus agaçant que vous devriez pouvoir observer, c’est que lorsque Mediapart ouvre une affaire (prenez l’affaire Benalla, ou plus récent, l’affaire De Rugy), les médias n’ont de cesse de critiquer et de remettre en cause l’information divulguée, et de passer des heures à débattre en intoxicant le téléspectateur de spéculations et d’informations fausseen provenance du président lui-même (on l’oublie souvent mais il y a des gens qui regardent et écoutent ces médias dans le but de s’informer). Il serait intéressant de calculer combien de temps une information véridique divulguée par Mediapart met avant d’être reconnue (Et à chaque fois, Mediapart voit juste. Voir le scandale du plomb de Notre-Dame, encore loin d’être résolu et accepté par le gouvernement alors que les taux relevésont hautement toxique et dangereux) et en combien de temps une information fausse en provenance du gouvernement est relaté par les médias (ici encore, voir le scandale de la Pitié-Salpêtrière).

 

            Tout cela pour que finalement la vérité gagne (souvent après un combat acharné de Mediapart pour la justice), prenez, pour illustrer la conclusion, l'affaire De Rugy.

 

            Bien entendu, je ne cite ici que Mediapart, mais beaucoup d’autres moyens de s’informer réellement et justement existent. Pour autant, Mediapart est d’après moi un très bon tremplin (voir le meilleur), vers le chemin de la lucidité, mais aussi vers l’agacement face à l’obscénité des chaines d’info en continue et de la presse papier manipulée, appartenant à des millionnaires symbolisant la dynamique effrayante et croissante du libéralisme actuelle. Le terme de « manifeste » n’est probablement pas très adapté à ce texte, mais un article de plus, ça fait toujours du bien !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.