JF Clopeau
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2021

La grande misère des écoles des quartiers populaires

On lira ci-dessous la lettre ouverte que les délégués de parents d'élèves de l'école maternelle Jean-Mermoz que fréquente mon petit-fils, ont envoyée aux représentants de la municipalité de Sarcelles (Val d'Oise).

JF Clopeau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame, Monsieur,

Les parents d’élèves de l’école maternelle Jean-Mermoz sont indignés, en colère, et inquiets par la dégradation de leur école.

En pleine crise sanitaire où l’on demande à ce qu’un protocole sanitaire soit appliqué, l’hygiène n’est pas respectée. En effet, nous constatons des sanitaires bouchés ou condamnés du fait d’une fuite d’eau qui n’a pas été réparée ; des robinets sont condamnés, alors que les enfants doivent se laver très souvent les mains afin d’éviter la propagation du COVID 19 ; des distributeurs de savon ont été retirés, car ils étaient cassés et n’ont pas été remplacés. La classe 9 de la petite section n’a pas de point d’eau.

Le matériel dans la salle de motricité, tels que les cerceaux, balles, ballons, cubes, briques, anneaux, n’a pas été nettoyé depuis plus d’un an, non plus que le local pour les vélos, et ce depuis plusieurs années.

La cour de récréation est dans un état désastreux ; les feuilles mortes jonchent le sol et s’introduisent à l’intérieur de l’école lorsque l’on ouvre la porte ; il y a des nids de poule en de nombreux endroits. Il est clair que cette cour n’est pas entretenue. Le toboggan a dû être condamné car la section sur laquelle glissent les enfants est cassée sur les côtés et présente des parties tranchantes sur lesquelles les enfants pourraient se blesser. Il faudrait soit le réparer, soit le remplacer. Même condamné il est dangereux car il suffirait d’une malheureuse minute d’inattention pour qu’un accident arrive, quand bien même le personnel est très vigilant.

La porte qui mène à la salle de motricité ne s’ouvre plus. Ce qui pose un grave problème de sécurité en cas d’incendie

Nous déplorons la perte d’agents d’entretien. Notre école n’est pas toute neuve, elle a besoin d’un entretien quotidien ainsi que d’un rafraîchissement, afin que nos enfants puissent apprendre dans une école digne de ce nom, car c’est un droit accordé à chaque enfant de pouvoir apprendre et s’épanouir dans une école convenablement entretenue et propre, surtout en temps de crise sanitaire.

Nous tenons à préciser que tous les agents de la ville présents au sein de l’école (ATSEM, femmes de ménage…) font un travail formidable malgré des conditions difficiles.

Vous comprendrez Madame, Monsieur, la colère, le désarroi et l’inquiétude des parents dont les enfants sont accueillis dans une école mal entretenue et qui ne cesse de se dégrader. Nous sommes tous concernés par l’avenir de nos enfants. Ils ont le droit d’avoir une scolarité comme tout le monde.Vous avez le devoir, en tant que responsables et élus de la mairie, de leur garantir ce droit.

Dans l’attente d’une réponse rapide de votre part, nous vous remercions de votre compréhension.

L’ensemble des parents d’élèves de l’école Jean-Mermoz de Sarcelles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon