PERSPECTIVE

69

La nuit passa rapidement. Nous étions fourbus mais tous sains et saufs. Mes pensées allaient vers gamma, epsilon et delta. Que leur étaient ils arrivés ?avaient ils pu rejoindre les eaux de l'Estonie? A ces questions sans réponses  mon équipe était prête à suivre les dernières instructions. Jack prit la parole pendant le petit déjeuner:

"nous devons faire vite. Ils doivent savoir que vous êtes sur Tallinn ,nos hommes ont repéré des personnes à la recherche d'indice vous concernant dans toute la ville. J'ai pris contact avec un pilote qui doit vous faire passer en Finlande en survolant la mer en 30 minutes. L'avion décollera sur un terrain d'aviation privé .tout le monde doit être prêt dans 10 minutes."

le convoi se composait de cinq véhicules avec des hommes des forces spéciales .je  me trouvais dans le deuxième en compagnie de Ted, alpha dans le troisième et béta dans le quatrième .à l'heure H les véhicules sortaient de la villa pour se rendre au terrain d'aviation .tous les hommes étaient sur le qui vive prêts à intervenir en cas d'attaque pendant le trajet .le terrain se situait au sud de la ville en rase campagne. Un hangar se trouvait proche de la piste sur un terrain entièrement grillagé. Notre convoi ralentissait devant le portail alors que le pilote du piper M350 faisait les dernières vérifications sur l'avion.

tout d'un coup de nombreuses rafales de tirs touchèrent les véhicules en une fraction de seconde .il était devenu impossible de sortir sans recevoir une balle .les multiples crevaisons empêchaient le convoi d'avancer rapidement  en direction du terrain d'aviation. Les rafales durèrent plusieurs minutes avant que le premier véhicule se mette à bruler .le chauffeur et les deux occupants n'avaient pas d'autre choix que de sortir de la voiture sous des tirs nourris .ils se cachèrent derrière les portières puis tentèrent de s'enfuir en courant le plus vite possible.

ils n'eurent pas le temps de traverser le chemin qu'ils furent mortellement touchés par une rafale de tirs.la voiture incendiée propageait beaucoup de fumée .nos hommes tiraient sans relâches dans toute les directions  .nous arrivâmes tant bien que mal à nous retrouver à proximité du piper pour embarquer lorsque des tirs touchèrent le pilote et l'avion. Nous devions coute que coute  rejoindre la colline en dehors de la zone de tirs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.