PERSPECTIVE

31

Tout l'après midi avait été réservé à la préparation du repas et à l'élaboration de la table .ce n'est qu'en début de soirée que les invités arrivèrent dans la propriété. La femme du  ministre était présent depuis deux heures afin de vérifier l'organisation de la table ainsi que la préparation des plats pour le diner .le grand salon servirait à accueillir les invités dans le but de recevoir une collation.

le soir ,les personnalités arrivaient les unes après les autres habillaient en robe de soirée pour les femmes et en smoking pour les hommes.il y avait là uniquement des membres du gouvernement avec leurs épouses .carla se trouvait à une extrémité de la salle .un immense buffet était dressé ou les convives pouvaient se servir en alcool ou en jus de fruit. Ce n'est qu'au bout d'une heure que l'on commença à servir les entrées dans la salle à manger. Cette fois ci carla avait plus de temps pour écouter les conversations entre les ministres .au début ,chacun donnait un avis sur les mets ou la qualité des boissons. L'alcool aidant les langues se déliaient vers des propos de politique économique.

ce n'est qu'en fin de repas ,que carla entendue un dialogue entre deux conseillers du ministre de l'agriculture.il était question de la venue d'un homme par avion provenant de Moscou pour venir vérifier la qualité de la production des orangers dans des coopératives .il devait venir dans les prochains jours  et serait reçu par le ministre dans un lieu encore inconnu.

la fin du repas n'amena plus de confidence particulière.au petit matin ,les convives rentraient chez eux les uns après les autres. Toute l'équipe du matin était réquisitionnée pour  nettoyer les salles et s'occuper de la  vaisselle .dés son retour à la maison ,carla me rendit compte de la venue d'un homme à la havane ,responsable qualité de la production des oranges dans les coopératives à cuba. L'enjeu était de taille nous devions à tout prix identifier cet interlocuteur russe et si possible connaitre la composition de ces nouveaux engrais. L'arrivée semblait imminente mais nous ignorions la date et l'heure du vol .le problème principal résidait dans le fait que nous ne connaissions pas cet homme .la seule piste que nous possédions était la signature d'un certain Igor en bas de page de documents secrets russes.

on avait eu rapidement des accréditations pour placer des agents à l'aéroport .le rôle était simple ils  devaient vendre des journaux cubains dans le  terminal international  de l'aéroport .dés qu' un avion en  provenance de Moscou atterrissait ils se rendaient à l'arrivée  pour  surveiller les hommes seuls entre 30 et 70 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.