jg56
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Femme et mécanique : ca vous dit une blague pas drôle ?

C'est l'histoire d'une jeune femme mécanicienne vélo. Retenez bien tous les adjectifs sinon vous n'allez pas comprendre la blague. Mais en fait, peut-être avez-vous déjà ri avec la première phrase ? Si oui, la suite va vous plaire car vous êtes un.e vrai.e farceur.euse !

jg56
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On va se marrer, j'ai une blague pas drôle !
Je vais vous raconter une blague pas drôle. Mais ce n'est qu'une blague alors on
peut bien en rire quand même. D'ailleurs si vous ne rigolez c'est sans doute que vous
êtes un peu coincé.e.s.
C'est l'histoire d'une jeune femme mécanicienne vélo. Retenez bien tous les adjectifs
sinon vous n'allez pas comprendre la blague. Mais en fait, peut-être avez-vous déjà ri
avec la première phrase ? Si oui, la suite va vous plaire car vous êtes un.e vrai.e
farceur.euse !
Allez, on commence avec un classique ! La jeune femme mécanicienne est dans un
atelier, en tablier et une clé à la main. Chaque jour des clients passent et lui
demandent la même chose : "Vous êtes la secrétaire ?". Là on a plutôt affaire à du
comique de répétition. De temps en temps la variante "Vous travaillez bien pour une
femme." sera remarquée car le juste métier aura été identifié. Faut dire que c'est
surprenant aussi, d'habitude c'est aux fourneaux ou avec les mioches qu'on les voit les
femmes.
On enchaîne avec une vanne bien imagée. Un jour, dans l'atelier d'un magasin, elle
nettoie un dérailleur et un client lui suggère de ne pas frotter trop fort parce que, bon,
lui-même s'est déjà frotté toute la nuit. Pour rester dans la métaphore élégante, on
appréciera également la version où on conseille à son collègue de formation de
monter sur le vélo de la jeune femme. Mais attention, le vélo, pas la jeune femme
hein. Vous suivez ? Excellent ! On continue alors !
Il y a aussi des blagues qui sont des bonjours, qu'on lance directement histoire de
mettre à l'aise : "Oh bah si c'est une femme, je ne fais pas réparer mon vélo ici." ou
bien "Et sinon vous avez pas un collègue mécanicien ?" ou le court et efficace "Hé la
miss !".
Hophophop, on vous voit les feminazies : calmez vous, ce ne sont que des blagues,
on ne le pense pas vraiment. On vous l'a dit qu'on était féministe en plus, faut se
détendre.
Certains jours le blagueur sera séducteur et ajoutera un petit "Vous avez de beaux
yeux. Non vraiment." ou un clin d’œil appuyé à son ami qu'il laissera "en bonne
compagnie", charmante remarque qu'il claironnera dans le magasin. Un p'tit
compliment ça fait toujours plaisir non ? Et puis, tant qu'à y être, on se permet le
tutoiement et le contact physique histoire de bien sympathiser.
Le jour des grandes imitations on entendra une voix aiguë et niaise parfois
accompagnée de mimiques excessives : oui, bien vu, il s'agit d'une femme ! Hé ho
dans le fond, vous êtes prié.e.s de rire, elle est quand même bien réussie cette
imitation, on la trouve même plutôt réaliste. De toute façon "vous vous vexez pour
rien" et "depuis #metoo on peut plus rien dire" !
C'est chiant aussi, faut nous comprendre, on a bien le droit de déconner.

A son premier jour de stage, on a dit à la jeune femme mécanicienne vélo : "C'est
courageux de bosser en atelier quand on est une femme et qu'on est jeune.". Elle avait
alors ri mais, loupé, ça n’allait pas être une blague.

De toute façon elle n'a rien compris depuis le début celle-là. Il est où son sens de
l'humour ? C'est comme son permis, elle l'a eu dans une pochette surprise ?


***

Vous l'aurez compris, ceci n'est pas une blague. Toutes les citations et situations
ont été vécues. Peut-être êtes-vous surpris.e.s ?
Pourtant chaque jour de chaque semaine de chaque mois de chaque année, les
femmes entendent ce genre de blagues. Ces dernières changent en fonction des corps
de métier, de l'âge, du contexte, etc. mais derrière les variantes de ces blagues, c'est
toujours le même imaginaire qui pointe : il y a un sexe faible et un sexe fort.
La femme est faible. L'homme est fort. Elle est faite pour s'occuper du foyer. Il est
fait pour bâtir le monde. Elle sera un objet sexuel disponible. Il sera un sujet
disposant. Elle saura rester à sa place. Il saura prendre sa place. Seront également
associés au sexe faible, et donc moqués, tous ceux qui ne porteront pas fièrement les
soi-disant caractéristiques du sexe fort.
Y'en a gros, chaque jour de chaque semaine de chaque mois de chaque année, de se
faire rabaisser au nom de l'humour ; de devoir rire d'être ridiculisé.e.s de peur de
casser l'ambiance ; de se montrer compréhensif.ve.s avec les dominants qui ne
pensent pas à mal ; d'accepter des mains baladeuses en souriant pour rester poli.e.s.
Alors, comme dirait l'autre : "si tu penses qu'avec #metoo on ne peut plus rien dire ou
faire, c'est que tu dois fermer ta gueule et toucher à ton cul.".


Une meuf pas drôle

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel