jimmy.behague
Responsable national Génération-s délégué au handicap et à l'inclusion et président de la Neurodiversité-France
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2022

La neurodiversité, kezako ?

Lorsque l’on milite pour les droits des personnes qu’on dit « avec particularités » on est rapidement surpris de constater à quel point les concepts et les termes sont totalement inconnus du grand public. Lorsque l’on mentionne le terme de neurodiversité c’est encore pire.

jimmy.behague
Responsable national Génération-s délégué au handicap et à l'inclusion et président de la Neurodiversité-France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque l’on milite pour les droits des personnes qu’on dit « avec particularités » on est rapidement surpris de constater à quel point les concepts et les termes sont totalement inconnus du grand public.

Si nous ne sommes pas surpris du fait que cette méconnaissance existe, car les causes sont facilement identifiables, nous sommes surpris par l’ampleur du travail de diffusion et d’explication qui s’impose à nous.

Lorsque l’on mentionne le terme de neurodiversité c’est encore pire.

Déjà, parce que le terme paraît complexe, il suscite de fait une méfiance, il est identifié comme un charabia de plus.

Ensuite, le développement personnel a fait beaucoup de mal en se présentant comme le chantre (imposteur) de la vulgarisation scientifique, ce qui a pour conséquence désagréable que tout concept qui a une approche scientifique (humaines ou plus dures) est toisé avec une distance certaine.

Plus globalement, les questions qui sont de manière simplistes liées au handicap sont souvent rejetées, par peur, par incompréhension, par une absence de volonté de s’enquérir du sujet. C’est saisissant, quel que soit le secteur d’activité de la société.

Du coup la neurodiversité, qu’est-ce que c’est ?

C’est affirmer, et ce de manière scientifiquement avérée, la diversité neurologique, cérébrale, intellectuelle et cognitive. C’est affirmer la variation infinie du fonctionnement neuro cognitif de l’espèce humaine.

Cela semble évident n’est-ce pas ? Dire que chacun est unique dans son fonctionnement neurologique et intellectuel. De la même façon que nous sommes chacun uniques physiquement, avec des capacités différentes, des propriétés différentes.

Finalement c’est simple la neurodiversité.

Ce qui est plus complexe c’est d’accepter les conséquences de cette affirmation.

Si l’on accepte cette diversité, alors la norme actuelle consistant à établir qu’il y a des personnes valides et des personnes invalides ne tient plus.

Poussons plus loin, par extension logique, il n’y a pas de personnes normales d’un côté et de personnes handicapées de l’autre.

S’il n’y a pas de personnes handicapées cependant, il y a des personnes en situation de handicap.

La différence entre ces deux propositions est que le handicap n’est pas inhérent en la personne qualifiée ainsi, mais en l’environnement qui n’est pas adapté à ses propres spécificités.

De fait, la neurodiversité est également la pensée qui permet de résoudre le modèle social du handicap.

S’il n’y a pas de handicap, mais un modèle social du handicap c’est-à-dire que la société est inadaptée à toute personne qui ne se conforme pas à la norme binaire de la validité chacun, neurotypique, ou avec une spécificité, chacun faisant partie de la neurodiversité, possède un seuil de vulnérabilité, c’est-à-dire, une ou des limites qui le mettent dans un inconfort, une souffrance et nécessite une adaptation de la société. Cela peut être psychologique, physique, social, culturel et le seuil de vulnérabilité ne se limite donc pas à la neurodiversité mais à toutes les compétences et capacités de chacun. Actons malheureusement que si la diversité physique est reconnue, la société demeure peu accessible à toutes et tous sans discrimination.

En conclusion, la neurodiversité permet de mieux comprendre les spécificités de chacun et ce qui fait que nous sommes uniques. Mais elle est aussi un paradigme permettant de questionner profondément les modèles qui structurent nos sociétés et qui se révèlent finalement obsolètes et injustes.

Affirmer la neurodiversité, c’est revoir notre modèle scolaire, notre monde du travail, notre urbanisme, notre modèle de santé ainsi que la psychiatrie et le médico-social, c’est également se saisir de problématiques du quotidien sur le logement, l’accès à la culture, les transports. Lorsque l’on analyse tout cela, l’on se rend rapidement compte de l’inadaptabilité et de l’inhospitalité de nos sociétés. Cette société qui par sa structuration marginalise et exclut par le caractère normatif dont elle est constituée.

C’est également affirmer la diversité des potentiels et donc enrichir cette société de tous ces potentiels pour peu qu’elle mette en place les conditions pour leur permettre de se développer. Le combat est sociétal, culturel, social et politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
par Philippe Soulié