On ne doit pas commenter une décision de justice

Et c’est heureux ! D’abord cela remettrait gravement en cause le dogme de l’infaillibilité de la justice, tout le monde sait que la Justice ne peut se tromper, et puis l’on verrait se passionner pour le droit nombre de gens qui s’intéresseraient moins alors à des choses tellement plus sérieuses comme le foot-ball, le tiercé, le loto, et même….la politique. Je voudrais juste revenir sur la condamnation de Jérôme Kerviel, non pour commenter l’arrêt de la Cour d’Appel, c’est interdit, simplement pour remettre quelques détails en perspective. Jusqu’à la découverte de ses prises de position insensées (49,6 milliards d'euros, pratiquement le montant du déficit public de la France en 2007, excusez du peu !), que sa direction ignorait (si, si, ne riez pas), ce jeune homme bien sous tous rapports donnait satisfaction à son employeur M Bouton (salaire 10,8 millions en 2006), ainsi qu’à sa hiérarchie (7 niveaux) composée comme chacun sait des plus  brillants cerveaux…qui n’ont cependant rien vu. Nous devons le croire, l’arrêt de la cour d’appel, est sans appel ! Jérôme Kerviel est donc définitivement condamné outre une peine de prison assortie de sursis, au paiement de près de 5 milliards d’euros en dommages et intérêts à la Société Générale. 5 milliards soit 286 415 années de travail au smic, il a intérêt à découvrir l’immortalité s’il veut s’en sortir, ou alors 453 années de salaire de M Bouton son PDG à la SG ; bref on se demande comment Jérôme Kerviel va bien pouvoir payer cette somme, d’autant qu’il lui est interdit d’exercer un métier relatif aux marchés financiers. Même en gagnant dix fois le gros lot du Loto il ne parviendrait jamais à apurer sa dette, alors le casse du siècle ? Aucune chance, la banque Goldman Sachs l’a déjà réalisé. Souvenez-vous les « subprimes », ou « prêts hypothécaires », la crise de 2008... Le principe est simple : prêter à des gens qui n’en ont pas les moyens l’argent qui leur permettra d’acheter leur logement. S’ils peuvent rembourser, tant mieux pour la banque ; s’ils ne peuvent pas, il suffira de saisir le logement et de se rembourser sur sa vente. Tout cela fonctionne très bien jusqu’au moment où il y a trop de « propriétaires » car alors le prix de l’immobilier s’effondre et les banques ne parviennent plus à récupérer leurs créances même après avoir ruiné leurs clients, c’est alors qu’on sort du chapeau la « crise économique », tellement pratique pour faire porter la responsabilité sur une abstraction baptisée « le marché ». Serait-ce le nouveau Dahut ? la banque Lehman Brothers a été déclarée en faillite en 2008, on pense désormais qu’elle fut le bouc émissaire sacrifié sur l’autel des finances, afin de faire un exemple, et puis le monde ayant les yeux fixés sur cette banque, les autres pouvaient continuer leurs juteuses pratiques, on appelle cela une manœuvre de diversion. UBS (union des Banques Suisses) s’apprête à licencier 10 000 employés, UBS c’est la banque qui a son Kerviel à elle il s’agit d’un certain Kweku Adoboli qui risque 10 ans de prison pour avoir, par des abus de position, (le même délit que J Kerviel) fait perdre à sa banque 1,8 milliard d’euros, son procès a lieu en ce moment en Grande Bretagne. Pendant ce temps Goldman Sachs continue son petit bonhomme de chemin, en toute impunité, c’est vrai que Henry Paulson ancien président et directeur de la banque Goldman Sachs est désormais Secrétaire au Trésor américain (ministre des finances). Mario Draghi vice-président de Goldman Sachs pour l'Europe entre 2002 et 2005 est président de la Banque centrale européenne depuis 2011. Mario Monti Conseiller international de Goldman Sachs à partir de 2005, est chef du gouvernement italien depuis novembre 2011. Lucas Papadémos, Premier ministre Grec est un ancien de Goldman Sachs. Dambisa Moyo classée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde par le Time Magazine en mai 2009 est une ancienne employée de Goldman Sachs.

Au fait, pourquoi J Kerviel a-t-il été condamné ? Pour avoir joué à la bourse, ce que font des milliers de traders comme lui dans des centaines de banques à travers le monde, mais alors pourquoi lui ? Pourquoi pas M Bouton, l’ancien PDG  de la Société Générale qui a fait la preuve de son incompétence ?  Contraint à la démission il se contentera de sa modeste retraite annuelle de 730 000 euros, sans compter sa retraite de haut fonctionnaire. Le  12 décembre 2008 la Société Généralebénéficie d’un prêt de l’Etat de 1,7 milliard d’euros puis d’un second du même montant le 28 mai 200, emprunts intégralement remboursés le 4 novembre 2009, y compris les intérêts.

Il fallait rétablir la confiance ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.