JJames
trop typé
Abonné·e de Mediapart

801 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2015

JJames
trop typé
Abonné·e de Mediapart

réussite au bac - les élèves font la fête

JJames
trop typé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'occasion de la fin des épreuves du bac sport, trois lycées tunisiens ont fait la fête. Les invités d'honneur : Hitler ou Daech, avec oriflammes et calicots à l'effigie de ces héros d'un nouveau genre. Si certains n'y voient qu'un chahut de lycéens, d'autres trouvent les références de cette jeunesse très inquiétantes. 


Tout se passe en Tunisie, dans deux régions (gouvernorats) distinctes. Kairouan à 150 kilomètres au sud-ouest de Tunis et Jendouba au nord-est du pays. Si Kairouan est réputée pour être le centre spirituel et religieux de la Tunisie, rien de tel pour Jendouba. Alors qu'est-ce qui a bien pu motiver les élèves de trois lycées dans ces choix ? L'histoire ne le dit pas encore.
La coutume veut en effet que les élèves fêtent la fin des épreuves du bac sport, avec faste, façon défouloir. Mémorable, la version 2015 risque de le rester, mais pas forcément dans le bon sens du terme. A la stupeur de certains enseignants a succédé l'indignation du net quand des calicots géants ont été déployés dans ces trois lycées.
Un lycée de Jendouba a ouvert le bal aux pieds d'Hitler saluant le drapeau Allemand...  

Une fête endiablée...
Le Lycée de Jeunes filles de Kairouan (LJFK) s'est, quant à lui, réjoui devant le «portrait» mi-manga, mi-naïf, d'un exécuteur de Daech visage masqué, armé d'un cimeterre, devant lequel on reconnaît des otages égorgés dans leur combinaison orange (façon Guantanamo). Et à l'extrême droite de l'image, le pilote jordanien qui a été brûlé vif.

Dans la région de Jendouba, dans un autre lycée, c'est un affichage se référant clairement à Daech, déployé par des garçons arborant des drapeaux du djihad, qui a présidé aux festivités. Il est possible de lire tout en haut : «Nous n'acceptons que le pouvoir de Dieu.» En dessous à gauche, il est écrit : «Al Qods (Jérusalem) nous arrivons.» Impossible de lire ce qui correspond aux portraits de Steve Jobs et Bill Gates.

Mohamed Kacimi, écrivain dramaturge algérien, s'indigne et déplore sur sa page Facebook :« En découvrant les images des Lycées de Jendouba, j’ai ressenti une terrible révolte et grande tristesse. Comment est-ce possible dans cette Tunisie, qui incarne nos derniers espoirs en une expérience démocratique et où le niveau d’instruction est l’un des plus élevés du monde arabe ? D’autant que l’information n’a pas suscité de grands remous. Mieux, certains m’ont écrit qu’il faut les comprendre, les gamins, c’est leur façon de fêter le bac. Pire, une "amie" m’assure que c’est un jeu. Un jeu ! On est si démunis à Jendouba pour que les gamins n'aient rien d'autre dans leur coffre à jouets qu'Hitler et Daech? On s’éclate donc avec le fascisme et le terrorisme ! Une société qui laisse ses enfants dire qu’Hitler et Daech sont leurs pères Noël est une société qui a renoncé à l’avenir, à son humanité. »

...

http://geopolis.francetvinfo.fr/tunisie-daech-et-hitler-heros-de-lycees-de-jendouba-et-de-kairouan-59397

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier