Il y a un an, le monde était surpris par l'extension rapide des occupations des places appelant à un #changement global. Ce samedi, nous prendrons à nouveau les rues, en faisant encore plus de bruit, avec une casserolade mondiale... 

Cette initiative vient des réseaux internationaux d'Occupy / Indignés / Démocratie réelle maintenant / #YoSoy132, et maintenant de nombreux groupes locaux et des individus ont rejoint le projet: des manifestations sont prévues dans des centaines de villes (http://www.globalnoise.net/wiki/who-is-already-in-2/) dans le monde entier.

 

 © Olivier Keyssanne © Olivier Keyssanne

Plusieurs voix, un seul combat. 

Le thème de la manifestation est délibérément laissé ouvert pour laisser le choix aux organisateurs et participants locaux.  La résultat est une turbulente cacophonie de slogans: "on ne doit rien on ne payera pas" en Espagne, "Fuck la troïka" au Portugal, un message clair contre la guerre à Istambul, une manifestation contre le sommet annuel du FMI et de la Banque Mondiale à Tokyo... 

Le fil conducteur des manifestations du "globalnoise" est la dénonciation des élites financières et politiques que nous tenons pour responsable de la destructions de nos sociétés et de la planète, et fait écho à la vague actuelle de manifestations contre l'austérité en Europe et dans le monde. En même temps, #GlobalNoise est un symbole d'espoir et d'unité, construit à partir d'une diversité de combats pour la justice et la solidarité mondiale, assurant qu'ensemble nous allons créer un autre monde. 

 http://paris.reelledemocratie.net/node/1545

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Merci pour les documents.

Indépendamment des déclarations fracassantes de Hugo Chavez qui nous choquent forcément, je remarque quand même qu'ailleurs la baisse de niveau de vie des pauvres a bien eu lieu aussi. Quant à la volonté de construire des logements... le modèle de Neuilly ??

Et quid des riches pays pétroliers du golfe en ce qui concerne les revendications populaires? ( on n'en parle pas très volontiers)

Pas sûr que l'élection de Caprilès aurait amélioré le sort des pauvres qui semble(?) les préoccuper.   D'ailleurs, ils ont fait un autre choix.