JOURNÉE MONDIALE DE SOUTIEN AUX PÉRUVIENS LE VENDREDI 20 JUILLET 2012

http://www.facebook.com/photo.php?v=247192755400000&fb_source=message

À toutes les personnes voulant nous rejoindre : Cajamarca, au Pérou : Pas une mort de plus !... Ces faits ne doivent pas rester dans l'impunité !

http://www.change.org/es/peticiones/%C3%A0-toutes-les-personnes-voulant-nous-rejoindre-cajamarca-per%C3%BA-pas-une-mort-de-plus-ces-faits-ne-doivent-pas-rester-dans-l-impunit%C3%A9

Manifeste contre la violence sans distinction et inadmissible exercée contre les citoyens et citoyennes de Cajamarca par le Gouvernement de Ollanta Humala

Pas une mort de plus, pas une arrestation illégale de plus !
Non à l'état d'urgence ! Non à l'abus de pouvoir ! Non à la criminalisation de la protestation !
Ces faits ne doivent pas rester dans l'impunité. On demande à ce que l’on recherche et établisse le niveau de responsabilité du président Ollanta Humala.

Ce manifeste est le fruit du choc ressenti suite à des événements dans la ville de Celendín, au Pérou, où on a subi une attaque directe contre les citoyens qui se sont manifestés. Maintenant, on doit pleurer la mort de trois personnes, au moment-même où se produisent un tas d'arrestations illégales.
La réponse du gouvernement péruvien aux protestations des habitants de Cajamarca a été déclenchée d'une manière particulièrement violente sans aucun fondement juridique. L'intrusion de l’armée pour réprimer la population constitue une violation des droits fondamentaux des citoyens. Ainsi, ils cherchent à protéger les intérêts privés de la Société transnationale "Newmont Mining Corporation", ignorant le rejet par le peuple de Cajamarca, dont la protestation pacifique a eu lieu durant des mois auparavant.
Les protestations des citoyens de Cajamarca sont dirigées vers la défense légitime de leurs moyens de subsistance et des ressources en eau, qui seraient gravement touchés si le projet méga-mineur Conga [1] était mis en œuvre…

On annonce, avec l'appui de nos frères et sœurs péruviens, ce qui suit :

- Nous exigeons de clarifier les responsabilités de la violence contre les manifestants qui ont payé de la mort injustifiée de trois personnes, ce qui porte à 20 le nombre de personnes tuées dans les conflits sociaux dans le court laps de temps que le gouvernement de Ollanta Humala est au pouvoir. Une mort de plus est inacceptable. Il est tout à fait inacceptable que le gouvernement porte atteinte à la sécurité de la citoyenneté en permanence : application de mesures illégitimes qui violent les droits fondamentaux et la Constitution péruvienne.

- On appelle et on exige la fin de l'état d'urgence dans la région. Selon la Cour pénale internationale, "Crimes contre l'humanité" est « tout acte qui cause de graves souffrances inhumaines ou compromet la santé physique ou mentale de la personne qui souffre, commis dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile » [1], tels que la déclaration de l'état d'urgence illégale et à plusieurs reprises, qui pourrait être caractérisée sous la figure de la «persécution». [2] On cherche à légitimer l'état d'urgence pour procéder à des arrestations sans discernement violant toutes sortes de protocoles et de conventions du droit international qui ont été ratifiés et signés par l'État péruvien. Dans le même temps, faire usage des forces armées de l'Etat afin de s'assurer qu'elles deviennent, à des fins privées, en violation des obligations auxquelles elles sont tenues : assurer la sécurité des citoyens et pas restreindre leurs libertés. Néanmoins imposée la déclaration d'état d'urgence, il ne restreint pas les droits de liberté et de réunion, de sorte que les arrestations arbitraires ne sont pas justifiées par ce fait. Par conséquent, nous exigeons la libération des détenus illégalement, comme c'est le cas pour Marco Arana. Nous prenons position contre la criminalisation systématique de protestation de la population.

- Nous appelons les citoyens péruviens à adopter une attitude critique à l'égard de l'information qui parvient aux médias de masse que, loin d'accueillir des points de vue différents, devenu haut-parleur des intérêts commerciaux. Nous demandons frères et sœurs péruviens à adopter une attitude responsable et solidaire pour soutenir les événements et manifestations menées dans tout le pays, parce que c'est l'avenir du Pérou qui est en jeu.

- Nous demandons instamment la fin de la censure et la manipulation par les médias des luttes pour la défense des moyens de subsistance, en déformant l'information dans le but de manipuler l'opinion publique pour qu’elle se positionne en faveur des décisions illégitimes de l’actuel gouvernement.

http://solidaritecajamarca.blogspot.fr/2012/06/soiree-informative-sur-cajamarca.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.