Deux poids et deux mesures pour l’état d’urgence : la violence raciste de plus en plus manifeste

Les peurs et les rancœurs exaltent les violences contre les plus pauvres, démunis et stigmatisés parmi les habitants, où que ce soit. Le réflexe raciste et xénophobe habituel contre les étrangers n'aura pas manqué non plus en Corse. Pourtant prévenues contre ces assauts, les préfectures laissent faire. Elles voudraient les favoriser, elles ne s'y prendraient pas autrement. Jean-Jacques M’µ

EN CORSE AUJOURD’HUI...

Aujourd'hui j'ai vu 400 mecs habillés tout en noir débouler dans ma rue le poing levé, haineux, vraiment haineux, visiblement prêts à en découdre.
Aujourd'hui, j'ai vu une dizaine de cars de police passer pas loin de chez moi, mais pas dans ma rue.
Aujourd'hui j'ai vu ces 400 mecs lever la tête vers un balcon en gueulant des "sale arabe" à tout va, et des "rentrez chez vous" aussi.
J'étais sur mon balcon, mes jambes tremblaient et je suis rentrée parce que je m'attendais vraiment à voir un pauvre mec se faire lyncher.
Et puis une amie les a croisés vers le Mercure. Ils allaient aux Cannes après être passés aux Jardins de l'Empereur puis dans mon quartier.
Elle m'a appelée en pleurs, un type venait de passer en scooter pour prévenir les commerçants arabes et leur dire de fermer leurs boutiques. Ils ont tout fermé et sont partis en courant avant l'arrivée des fous.
Oui parce que c'était des fous, réellement. Des fous qui cherchaient clairement la baston.

Aujourd'hui, à Ajaccio, on était dans un film de guerre civile.
Et je suis sidérée de ce que j'ai vu, et je suis sidérée qu'on en parle si peu sur fb alors que dès qu'il se passe le moindre truc on le lit 50 fois.
Et tout ça me fait furieusement flipper.

Et je ne peux pas croire, après les avoir vus, après avoir entendu et vu leur détermination, que tout ça se soit terminé tranquillement. Quoi qu'en dise la presse.

Ces gens me font gerber.

Seashell Rafini

26 décembre, 22:57

Pétition en ligne pour dénoncer l'attitude préfectorale en Corse face aux événements : http://www.a-manca.net/non-aux-manipulations/

Après deux jours de manifestations et de dérapages racistes, le préfet de Corse a interdit tout rassemblement à Ajaccio jusqu’au 4 janvier 2016 © Jean-Pierre Belzit. AP Après deux jours de manifestations et de dérapages racistes, le préfet de Corse a interdit tout rassemblement à Ajaccio jusqu’au 4 janvier 2016 © Jean-Pierre Belzit. AP

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.