JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 31 déc. 2013

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

L’infiltation des services secrets, la fausse bonne solution de Julian Assange depuis son asile forcé

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

WikiLeaks appelle à "infiltrer les services secrets" – vous n’avez pas une autre solution à proposer aux hackers ?

Selon un article récent évoquant l’intervention de Julian Assange et de son organisation au Chaos Computer Club (30c3) à Hambourg, "WikiLeaks appelle les hackers à infiltrer les services secrets". Cette position est assez ambiguë et les arguments avancés ne sont pas vraiment convaincants. Pour ceux qui sont vraiment des hackers, cela peut paraître une hérésie totale, à l’opposé de ce que pensent de nombreux militants et défenseurs de l’Internet.

Faut-il vraiment devoir "infiltrer les services secrets afin de pouvoir rendre publiques des informations secrètes"? Est-ce qu’il n’y a vraiment que ça, comme solution pour changer le monde? Non, bien sûr, il y a d’autres solutions que celle présentée par Julian Assange. Faut-il prendre le risque de travailler comme Edward Snowden pour la surveillance massive, le regretter par la suite comme il en a témoigné et se retrouver un jour dans une situation d’exil temporaire ou définitif loin de son pays? N’est-il pas plutôt préférable de militer au sein d’une association de défense des droits numériques, de rejoindre des partis politiques, comme le Parti Pirate, ou bien rester hacker et continuer à militer à la fois individuellement et en groupe pour les libertés civiles, mais rester à tout prix loin des services secrets et de tous ces gens qui aident les gouvernements à imposer de plus en plus de censure sur la population? Quand Julian Assange dit cela, on a l’impression qu’il est en train de penser à l’avenir des gouvernements, plus qu’à l’avenir des hackers.

WikiLeaks a bien prouvé par ses publications passées que, tout en étant une organisation indépendante, et donc sans être affilié à aucun gouvernement – du moins, en théorie – ni sans être affilié à des services secrets particuliers, on peut néanmoins tout à fait publier des documents secrets et en obtenir des personnes impliquées dans des combats spécifiques, comme l’a fait Bradley Manning. Cela semble être une chose risquée – et peu morale – d’infiltrer un service secret et d’accomplir un travail qui ne plaira pas forcément aux hackers concernés, qui vont peut-être perdre plusieurs années de leur vie de manière inutile, au sein des services secrets, simplement dans le but de pouvoir éventuellement publier quelque chose de secret, et encore sans en avoir un degré de certitude – mais comme on le sait, les vrais secrets des Etats sont bien gardés, et ce n’est pas le jeune hacker qui vient d’être recruté qui pourra avoir accès à des informations sensibles et qui pourra prétendre devenir un nouveau héros. WikiLeaks lance plutôt une illusion aux hackers, le rêve de devenir des héros, mais jusqu’à présent tous ont été rattrapés par le destin, soit en prison soit en exil: Jérémy Hammond, Edward Snowden, ou Bradley Manning. Les lois qui régissent l’espionnage et les peines de trahison sont de plus en plus sévères, et cela ne pourra être que de plus en plus dangereux d’infiltrer les gouvernements et les services secrets. 35 ans de prison pour Bradley Manning, aucun gouvernement étranger ne se mobilise pour le défendre. C’est pourquoi nous ne soutenons pas l’idée de WikiLeaks.

De plus, ces paroles semblent résonner de manière étrange, surtout quand on sait que Julian Assange lui-même est retenu prisonnier dans une ambassade, que les médias sont peu mobilisés sur le sujet et que la population du Royaume-Uni a sans doute d’autres préoccupations avec l’austérité et la crise économique, et que lui-même ne peut certainement continuer son travail de publication de secrets gouvernementaux dans de bonnes conditions, avec les pressions politiques et le statut de réfugié politique. Alors, ne faut-il pas être plus méfiant par rapport à ce que nous conseille WikiLeaks? Il y a certainement d’autres solutions pour militer et défendre les libertés. Les gouvernements sont actuellement en manque de hackers et ont besoin de recruter, en effet, parce que la surveillance massive s’étend et parce qu’elle prend de plus en plus d’importance dans nos pays. Pour développer cette surveillance, les gouvernements ont besoin de hackers. Mais les hackers doivent choisir le chemin qui leur convient: ils ne doivent pas infiltrer les gouvernements, si cela ne correspond pas à leur morale et si cela met en péril leur vie.

Alors, que veut exactement dire cette affirmation de WikiLeaks et qu’est-ce qui se cache exactement derrière cette idée d’infiltrer les services secrets? Est-ce qu’il n’est pas naïf de croire qu’un hacker pourra publier de grandes révélations, en échange de quelques années ou d’une vie entière passée à servir des gouvernements, à voir ce qu’il y a de plus sombre au sein des services secrets, à être le témoin de nombreuses manipulations politiques, de servir des hommes politiques corrompus et de voir chaque jour que les idéaux de la démocratie et des libertés numériques s’évanouissent de plus en plus dans un monde soumis au pouvoir de l’argent et des multinationales? Ou de voir encore que la population ne se mobilise pas suffisamment pour défendre les droits des lanceurs d’alerte, et que même en France, une loi de surveillance généralisée est passée tout récemment sans qu’il y ait une solidarité nationale contre le vote de cette loi. Est-ce que c’est vraiment sur ce chemin trouble et incertain que WikiLeaks veut conduire les jeunes hackers, et qu’ils deviennent ainsi les alliés du système mondial de l’espionnage?…

Sources : http://wikileaksactu.wordpress.com/2013/12/31/wikileaks-appelle-a-infiltrer-les-services-secrets-vous-navez-pas-une-autre-solution-a-proposer-aux-hackers/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère