averse

Écrire de l'eau qui coule.

Aimee Johnston Aimee Johnston

 

écrire de l'eau qui coule

et le cri
comme chant
et le chant
comme cri

écrire
dans la nécessité
du nécessaire effet

comme de l'eau qui coule


Je m'abreuve du temps qui verse. D'une soif lourde et silencieuse qui assèche un désir, d'un désert inutile où s'offusquent les sens, dans l'aven humide d'une pensée qui heurte, j'essaye de puiser, dans ce liquide dru, les étranges carences que recèlent les mots, petits loups, le zeste d'une saveur. Insatisfait, incontenté de jouissances solubles.


écrire de l'eau qui coule

écouler les bavures
gicler les flots adverses
délayer la primeur

me composer l'averse

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.