la peine a fait son lit

Maxim Mjödov Maxim Mjödov

ô promise
âme folle à moi attachée
petit surgeon sur le chêne du monde
pourquoi ta patte
sur mon épaule posée
tremble ainsi sous nos défis d'amour

quelques embruns nous prennent
à l'orée de nos buts
et nous voyons les pleurs
d'enfants qui se dessèchent

la belle route tracée
par la conscience des hommes
laissée à l'abandon
et laissée seulement
aux profits des aveugles
et pour ceux qui ricanent

qu'avons-nous fait surtout
pour penser jusqu'à l'aube
que seules les caresses
pouvaient nous garantir
tous les rires futurs

le temps est lisse hélas
et les mains sont figées
même dans le jouir
la peine a fait son lit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.