le petit verre de vin

Patrick Lobwitz Patrick Lobwitz

prolongé
mais non voulu
l'abri du temps

l'impression de l'arrêt

quel jour sommes-nous
était-ce demain

impression contenue dans tous nos fils
qui filent
qui filent

levé matin
sans habitude
bailler seulement
gratter sa tête
éveillé doux
sans le réveil

c'était
le merle
fausse colère
dans le jardin
sous ma fenêtre
pour que l'œil s'ouvre

les vêtements
dans le désordre
à terre
à prendre
déboutonnés
reboutonner

descendre
marches qui craquent
amour du chêne
le beau
ciré

descendre
pour un office
sans dieu ni diable
un rituel

le feu
mais déjà fait
le feu déjà

levée
elle levée
aussi

réveillée m'aime
avant moi même

le feu est là
elle l'a fait

" ô bonjour toi "
" à toi bonjour "

premier baiser
pour qui embrasse
le clair de l'âme

sommes-nous hier
un jour en somme

un thé au miel
parler de nuit
de plomb sans rêve
parler
sourire

nouvelles d'enfants
" oui tout va bien "
" et comme ça donc
ça va donc bien "

une petite faim
un rien du tout

animer la brioche d'un peu de confiture

nous montons
pic et pic
au pic montons
et colégram

nous
moutons qui bêlent
piqués chez nous

mais mentent-ils
ce qu'ils peuvent dire

" éteins le son "

ouvre atelier
les outils là
prendre mesure
et avancer
ce qu'il faut faire
avec du bois
le transformer
pour un utile meuble à ranger

" prends donc le temps "

mon amour dit
" tu as le temps "

demain sera
demain ainsi

le jour qui passe

viendra le soir
laver ses mains

le soir
ce soir
autre sourire
de toi
encore
et le manger
et la caresse

elle me regarde
nous sans rien dire

le feu plus fort
mais
peu de froid
c'est le printemps
dans le moment

la rose éclose

un petit verre de vin
passe par là
et
je le chope

et puis je t'aime 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.