quelques mots qui s'égarent ...

Andrea Kiss Andrea Kiss

Je ne sais son pouvoir à cette écriture là. Peut-être n'est-il pas ? C'est le déversoir des fautes et des désirs. D'autres tellement plus sobres ou même plus enjouées. Je lis, j'aime fort ailleurs l'autre pouvoir des mots. 

Si je vole, ainsi tu peux voler à ces modestes dires ?



____________________




ainsi
que pensez-vous qu'il advint
de son histoire

de ce que tu penses
être
aussi

de mes doigts
qui bougent

en ce moment
depuis
le petit centre
de ma tête

de l'idée même du poème

quelques cendres au vent



____________________




Ils se lèvent. Ils baillent. Ils se grattent. Ils font chauffer le noir (ils peuvent y mettre du lait, même dans le thé). Une sale gueule, parfois, le matin blême. Devant le miroir, lavage dedans. Ils tartinent ou pas. Caresses au chat (s'il y a un chat). Ils crachent. Ils toussent. Ils renâclent. Ils se traînent. Ils sourient dedans. Ils sont bêtes et méchants. Ils entendent le coq et pensent au vin. Ils font du feu ou montent la chaudière. Ils sortent les carnets et pleurent ou pas. Ils crèvent le papier. Ils sont beaux. (Tiens j'y pense, j'aurais pu mettre au féminin.) Ils s'habillent sans trop savoir pourquoi. Ils se tirent les poils du nez. Se rasent ou pas (les jambes). Beaucoup vont travailler et sans écrire, le mot n'est pas manger. 

Ils font caca aussi, " les poètes ".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.