avant de ne plus être

Juliette Agnel Juliette Agnel

quel genre de fantôme es-tu devenu·e
femme
homme
être de chair soudainement questionné

et qui te hante

que deviens-tu dans la chambre soustraite aux mille regards vivants
sans aucun doigt qui touche
où même le cœur a fuit

lentement
tu te dissous

on t'a fait croire humain·e
capable de merveilles
la raison adaptée à ta place sociale
œuvrant pour le commun

floué·e
tu te découvres

est-ce cela
ce pourquoi tu te terres
où l'on t'a enfermé
en acceptant la corde qui lia tes poignets

ne sens-tu pas le souffle
qui t'attire pourtant
au delà des chimères des vents fous du pouvoir

tu as cette puissance
qui relève ton ombre

cachée
dans le pli du suaire
où l'on-t-a enveloppé

vas donc te secouer comme s'ébroue le chien
et sors
vive
vif
à l'appel des sens

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.