dépeçage

Auteur de l'image inconnu. Auteur de l'image inconnu.

Je suis imparfait.
Je suis passé simple.
Je suis présent.
Avec ce tout, je me conjugue.
De là vient le futur.

Je suis entier dans ce que je lis et ce que j'écris, intrication subtile. J'ai dit déjà que nous ne faisions que "reproduire" - la création est une fusion totale de compléments, d'addenda, de sujets et d’objectifs amants aimantés - des gestes littéraires d'amour. La lecture et l'écriture se mêlent et se mélangent et forment un agrégat intuitif dans notre esprit. Ne vous êtes-vous pas parfois surpris à plagier - à vous plagier, à force - sans même vous en apercevoir ? Les relectures actives de mes mots me font redécouvrir cela à chaque fois, surpris et parfois même gêné. Nous appelons cette mixture "le style".

Nous sommes donc évidemment, bibliophiles et polygraphes, soumis à l'anthropophagie des lettres. L'écriture est excrémentielle.
Je pousse un peu le bouchon, pensez-vous ! C'est le cas, casuistique du dire.
Nous retournons nos selles pour voir si tout va bien. Et s'il manque une virgule, prenons un laxatif. Et la marche en est un, assez efficace ma foi.
J'en reviens.

Me demande pourquoi j'écris tout ça.

Je suis imparfait et je ne m'en veux pas.
Je suis passé simple pas facile d'emploi.

Et le présent me somme à l'avenir sous le conditionnel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.