j'avais faim

Alper Durukan Alper Durukan
Il fait soleil. Bien sûr, le temps vaque. Demain, les ondées. Nous sommes cercles, nous sommes carrés. Prends soin tout de même de ne pas trop fixer de cadre à tes désirs. Laisse flotter. Sors et emprunte la marge. Le caniveau est plus stable parfois que le plan du trottoir.

J'avais faim. J'ai toujours faim.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.