n'ai nulle cathédrale ...

Judith in den Bosch Judith in den Bosch

N'ai nulle autre belle et haute cathédrale que la vie, que le miel, que la terre, que fourmi, que soleil, que l'eau qui désaltère mon choix, que le bel ours noir, que le bois qui me chauffe avec frugalité, que son sourire qui vient et qui fort m'alimente de sa radieuse offrande, que le mot de l'enfant, petit qui me fait rire, que celui que j’accueille, que le fruit que je cueille, que l'âme errante et sauve, que le jardin du ciel, aux étoiles et nuages, que le vent qui s'essouffle, que l'image de l'autre et sa présence aussi ... 

Que me veulent ces pantins sinon mon accord attaché à leurs fils ?
Ils veulent reconstruire ce qu'ils n'ont pas construit. Ah, l'audace de leur pauvre pensée, malade et décousue. Les sots.

Je te dis "mon ami", ils ont soumis l'amour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.