dormir enfin

Assurances.

Monia Merlo Monia Merlo

Je vais dormir enfin dans la paix des soupirs. Car je sais qu'une roche, un arbre, le germe de la plante et ma belle sensible sont là, là aux abords. Ils sont là mes brusques et mes amours, comme le vent dans la brèche, j'entends leurs sifflements. Il n'y a rien à voir, toi le curieux des news, il n'y a rien à voir ici, il n'y a rien ici que des mots doux absents. Les autres ont l'amertume. Il n'y a rien ici. Que la somme des doutes. 

Le chemin n'est pas long car il n'existe pas.
Tes pas dans la bruyère ou même dans le sable, voilà la même chose.

Je vais dormir enfin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.