Un silence qui bat.

Auteur·e inconnu·e Auteur·e inconnu·e

Mes oreilles reconnaissent le bruit. Elles connaissent. Le cortège, le devant du cortège. Le noir frappé de rouge et le rouge se liant au noir. J'ai rêvé, oui, d'une autre couleur. Je n'ai pu l'inventer. J'ai laissé tombé les drapeaux, les mots d'ordre, les feux sans flammes et l'air ambiant. Me suis mis nu. C'est ainsi que me suis reconnu. Peau au vent. Peau donnée à l'écorce des arbres. Je ne reviendrai pas, les pavés sont trop doux (ou bien restent scellés). 
Mais mon cœur bat, rythme éloquent.

Je marche dans le silence.
Un silence qui bat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.