Bruissements - 5 -

Claudia Griebl Claudia Griebl



le jour est comme le jour
indispensable et lourd

à faire ce que pouvons

disperser la chaleur
le souvenir des poussières
quelques vieux charmes pâles
dans nos soutes fermées

nos navires en cales sèches

la nuit sera la nuit
pleine d'insuffisance
mais belle
aux étoiles disparues



_____________________




autour de la nuit
je tourne
sans décision offerte
sans choisir une étoile
ni même la plume d'un lit

les mots sont bien trop secs
après ses jours trop blancs

j'ai jeté un filet
le sommeil ne mord pas




____________________




la politique des nerfs
et les veines affolées

regarde le vent
renifle

le lampadaire tombé
à tes genoux
sous fumées fumigènes

un autre jour
une aube verte
noire
rouge

la belle ornière
à s'émerveiller
des chardons nouveaux
qui bordent nos caresses

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.