Racisme dans le football : Le déni de Noël Le Graët sur la question

Noël Le Graët, le Président de la Fédération Française de Football (FFF) depuis 2011, est à nouveau candidat à sa succession. Quel bilan peut-on tirer de ses dix ans de présidence sur la question du racisme dans le football ?

Il y a quelques jours, Karim Djaziri, ex-agent de Karim Benzema était interviewé au micro d’Europe 1 au sujet d'une potentielle sélection du joueur pour les Jeux Olympiques.

À cette occasion, Karim Djaziri est revenu sur un incident qui s’était produit en 2017 alors qu’il souhait l’organisation d’une rencontre entre Didier Deschamps et Karim Benzema.

Noël Le Graët, le président de la Fédération Française de Football (FFF) lui aurait répondu « Moi je ne suis pas un arabe comme vous ! ».
Une révélation qui relance à nouveau la question du racisme dans le football.


Noël Le Graët : Quel bilan sur la question après dix ans de présidence ?

 La question du racisme dans le milieu footballistique n'est pas nouvelle. Ce fléau est dénoncé depuis de nombreuses années, par les joueurs, les supporters, les fédérations…

Alors que l’élection à la présidence de la Fédération Française de Football se tiendra le 13 mars prochain, Noël Le Graët a annoncé qu’il souhaitait faire avancer les choses sur le sujet.
En effet, Brigitte Henriques, vice-présidente de la FFF a affirmé que lors de son potentiel prochain mandat à la présidence de la Fédération, Noël Le Graët souhaitait faire du football un outil pour « rendre le monde meilleur », notamment sur les questions de violence, de visibilité des femmes et de racisme.

 Noël Le Graët étant président de la Fédération depuis dix ans, la question de son bilan sur la question se pose. Qu’a-t-il mis en place afin d’adresser cette question ?

 Malheureusement, aucune action forte sur la question ne peut être soulignée et la volonté de Noël Le Graët d’en faire un combat semble être nulle.

D’ailleurs, en septembre 2020, alors que Noël Le Graët était invité à réagir au sujet des accusations de racisme lancées par Neymar à l'encontre du joueur Alvaro Gonzalez, le président de la FFF avait déclaré que « le racisme dans le football n’existe pas ou peu ».

Les propos de Noël Le Graët avaient provoqué l’indignation de plusieurs personnalités, notamment d’anciens joueurs à l’image de Olivier Dacourt et Jessica Houara.


SOS Racisme avait également fermement condamné les propos de Noël Le Graët, estimant dans un communiqué de presse « l’association indignée ». Plusieurs manifestations avaient aussi été organisées par l’association devant la Fédération française de football.

Une position confortée par une sous-estimation des faits

 Le fait est que le phénomène du racisme dans le foot reste sous-évalué. Au cours de la dernière saison, moins d’une soixantaine d’actes racistes ont été recensés par la Fédération française de football sur l’ensemble des 400 000 matchs observés, soit 0,1% des rencontres.
Si Noël Le Graët conforte probablement sa position à la lumière de ces chiffres, force est de constater que ceux-ci sont très éloignés de la réalité du terrain.

Dans le foot amateur, les joueurs savent pertinemment que la dénonciation d’un fait de racisme entraînera inévitablement une vengeance au match suivant.

Les sanctions existent pourtant : une insulte peut entraîner jusqu’à cinq mois de suspension de licence.

Mais pour encourager les signalements, encore faudrait-il que le président de la Fédération s’implique véritablement sur la question et évite d’adopter lui-même un comportement répréhensible.

"Contre le racisme, continuons à gagner du terrain » : Noël Le Graët ne semble en tout cas pas décidé à courir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.