jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2018

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Réflexion sur la Montagne d'or

La CMO se démène pour avoir l'autorisation d'exploiter au cyanure l'or de la "Montagne d'or" par le Gouvernement français. Il se trouve que France Inter a fait un reportage le samedi 13/10/2018 sur l'extraction de l'or guinéen par la multinationale Nordgold. Quel scandale...

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parlons-en … La population a plus que bien fait de dire non à ce projet. Selon le dernier sondage, 70% de la population est contre ce projet et sur la zone du Maroni où il doit se faire, il y a un peu plus de 80%. Donc, malgré les efforts financiers colossaux des promoteurs pour vendre l’invendable, les gens sont d’une logique implacable. Fini le temps où on les prenait pour des moutons.

J’espère que vous avez été très nombreux à avoir écouté sur France-Inter le samedi 13 octobre 2018 le reportage sur la Guinée et le parallèle qui a été fait avec la Guyane étant entendu que c’est la même multinationale NORDGOLD qui exploite l'or dans ce pays officiellement indépendant.

Réfléchissons ensemble… Vous avez entendu tous les propos qui ont été tenus dans ce reportage… Il y a vraiment de quoi avoir froid dans le dos. J’ai trouvé cela anesthésiant, très anesthésiant. Il n’y a que nos élus pour croire que cette multinationale va développer notre Pays. Au-delà de tout l’aspect de rentabilité, de productivité, d’environnement, il y a la philosophie de ces gens et ceux qui les accompagnent à l’égard de la personne humaine en général.

J’ai eu la nausée en les entendant. Ils exploitent la richesse du territoire guinéen en étant conscients des dégâts qu’ils font et des irrégularités qu’ils commettent. Lorsqu’on leur demande s’ils vont opérer de la sorte en Guyane, ils répondent "non" parce qu’en Guyane il y a la loi française et Européenne. Autrement dit, s’il n’y a pas de lois, il n’y a pas d’éthique. L’empoisonnement des personnes, de la faune et de la flore n’est pas un souci pour eux. En fait je constate que ce sont des personnes d’un autre temps qui ont une culture esclavagiste et colonialiste. On comprend tout au long du reportage que s’il n’y a pas de contraintes constitutionnelles, législatives, elles n’ont rien à faire de l’éthique et de la morale. La fin justifie les moyens et elles s’autorisent à tout saccager. Dans leur tête, elles sont toujours au temps des cow-boys. Si nous sommes lucides nous ne devons pas leur faire confiance car, leur attitude est un choix philosophique qui est profondément ancré en elles. Elles ont choisi d’être sans éthique et donc sans foi ni loi. La loi, elles vont la contourner.

Lorsque la multinationale propose de créer près de 4000 emplois directs et indirects, avec leurs produits extrêmement dangereux, elle va empoisonner des centaines de milliers de personnes dont les 4000 qui vont occuper les emplois. Pourquoi doit-elle faire des digues pour contenir les déchets durant 30 à 40 ans, c’est bien parce qu’il s’agit d’une activité très dangereuse. Puisque ces gens appartenant à la multinationale et ses acolytes sont conscients qu'il s'agit d'une activité hyper dangereuse nécessitant des digues, nous leur disons que ce n'est pas la peine de dépenser autant d'argent pour faire ces travaux de rétention, c'est bien plus simple de mettre un terme à cette activité et de quitter le territoire. C'est une sage solution. En tout état de cause, ils ne sont pas venus pour rester, pour construire leur avenir ici. Si c'était le cas, ils seraient moins stupides. Alors, partir maintenant répond à l'adage "mieux vaut prévenir que guérir". C'est très bien qu'ils dégagent et c'est rassurant pour nous et notre environnement. Ainsi, nous montrons que nous n’avons pas besoin de lois pour nous protéger, notre conscience nous suffit. Les lois, la multinationale ne les respectera pas.

Etes-vous naïf à ce point ? Derrière le chlordécone il y a la corruption, vous croyez qu’il en sera autrement sur notre territoire…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert