jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2017

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Voeux de nouvel an

Le nouvel an est pour beaucoup l'expression d'un rituel alors qu'il est en fait la fin d'un cycle de 365 jours 1/4 durant lequel la terre a tourné autour du soleil. mettons à profit cette idée et faisons le point pour que ce nouveau cycle qui vient de commencer, ne soit pas aussi calamiteux que celui qui vient de se terminer. Alors, boostons notre conscience.

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes plongés dans un monde d’incertitudes, d’angoisses qui nous impose l’obligation de réfléchir sur les actions que nous devons mener. Le nouvel an apparaît comme le moment privilégié, de par la tradition, pour prendre de nouvelles dispositions, voire changer de route. Cela n’est possible que si nous sommes en face de notre propre conscience car, c’est à elle seule qu’il est impossible de mentir. En tant qu’être pensant, nous avons pour obligation, pour engagement moral de changer la société, le monde. La société actuelle, on la connaît. Il n’y a pas lieu de continuer à réfléchir sur elle. On ne peut penser ou réfléchir que sur ce que l’on ne connaît pas ou que l’on ne connaît pas bien. Alors, dépensons notre énergie sur une autre organisation sociétale.  Il devient de plus en plus insupportable de vivre avec ces tensions sociales qui nous poussent à nous interroger sur le sens de la vie. Les plus démunis continueront-ils à croire à la transcendance au lieu de prendre en main leur propre destin, de se transcender eux-mêmes…
Ce monde égoïste où le mensonge, la manipulation restent la base de sa construction doit être transformé par l’humilité, la fraternité, le goût de la responsabilité individuelle et collective. Il y a bien des personnes simples, instruites du savoir et de la connaissance, désintéressées, capables de faire vivre l’espoir en un avenir meilleur… Que nous faut-il pour comprendre que l’intervalle de temps qui configure notre existence nous appartient et que nous faisons de notre existence ce que nous voulons qu’elle soit. Bien sûr, tout dépend de l’idée que l’on a de soi. Il est peut être venu le temps que ceux qui souffrent soit matériellement, soit intellectuellement, soit les deux se mettent ensemble pour donner du sens à cette vie. C’est avoir une haute opinion de soi que de refuser la soumission, la subordination par la force, la trahison aux valeurs humaines que nous avons librement choisi de défendre.
Les difficultés que nous avons résultent de la conséquence de notre niveau d’engagement dans la société, de notre niveau de détermination dans l’action sociale. Autrement dit, consciemment ou non de notre défaut de responsabilité collective. Notre démission à l’égard de la société nous prive de santé mentale, matérielle et spirituelle. Pour retrouver goût à la vie, faisons en sorte que cette année 2017 , par notre volonté commune, soit celle de la révolte qui doit générer l’épanouissement du plus grand nombre pour qu’ainsi nous soyons épanouis individuellement.
Bonne et heureuse année 2017

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française