mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Édition de la mi-journée

L'épaisseur d'une vie dans une enveloppe

C'est un titre que je repique à un blog du Monde parce que s'il paraît un peu pompeux, voire pompom au premier abord, il dit bien des choses en fait. Le vote est un droit que beaucoup n'ont pas, et je ne parle même pas dans le monde, mais simplement, ici en France, alors qu'ils sont soumis aux mêmes devoirs que nous qui, seuls, avons ce privilège.

C'est un titre que je repique à un blog du Monde parce que s'il paraît un peu pompeux, voire pompom au premier abord, il dit bien des choses en fait. Le vote est un droit que beaucoup n'ont pas, et je ne parle même pas dans le monde, mais simplement, ici en France, alors qu'ils sont soumis aux mêmes devoirs que nous qui, seuls, avons ce privilège.

Oui, il faut bien le dire, si le vote est un droit, il est aussi un privilège. Et je ne comprendrai jamais que, si l'on impose les mêmes devoirs à tous, l'on ne leur donne pas les mêmes droits. Mais évidemment cela n'est surtout pas un sujet de campagne électorale.

Mais si le droit de vote est un privilège, il ne doit surtout pas conduire à l'aveuglement.

Une bonne partie de cette campagne électorale a tourné autour de cette notion de vote et d'une hantise de l'abstention. Il conviendrait de se demander pourquoi ?

 

 

Evidemment, la question de l'abstentionnisme, en ce qu'elle peut faire basculer la victoire dans un camp comme dans l'autre est un enjeu pour nos politiciens. Elle leur développe une sorte d'angoisse du gardien de but au moment du pénalty. Mais...

Je suis né animal politique, et tant qu'il me restera la moindre parcelle de conscience, je resterai animal politique. La politique n'est pas seulement l'art de vivre parmi les autres, elle doit être avant tout celui de vivre avec les autres. Elle n'est pas seulement l'art de vivre dans le monde, elle doit être celui de faire vivre le monde.

Or, nous nous enfermons de plus en plus chaque jour en un système qui ne nous fait vivre qu'en étranger parmi les autres et en ignorant du monde. Tant que nous ne nous attaquerons pas radicalement à ce système, rien ne changera bien au contraire.

Les partis politiques actuels  - je parle de ceux de gauche - en sont d'ailleurs la parfaite illustration. Quelques idées deci-delà, mais aucune cohérence ni volonté de mettre chacun ses idées sur la même table pour construire avec l'autre un autre monde. Au contraire, c'est le règne du "moijeisme", et lorsqu'un candidat comme Poutou déroge à cette règle, on s'empresse de faire venir le médiatique facteur à son secours.

Alors si mon droit de vote est un privilège, mon droit de non vote l'est aussi.

 

 

La vie n'est pas un simple bout de papier que l'on glisse dans une enveloppe qui finira au fond d'une urne. Si la vie était un morceau de papier, elle serait plutôt un origami.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Je n'arrive pas à écouter un discours de Mélenchon jusqu'au bout, il y a quelque chose en moi qui renâcle, et je ne sais pas pourquoi. Par contre j'arrive à écouter Eva Joly et Poutou. En comparant rapidement les divers programmes je me rends compte qu'il y a plein d'éléments dans celui de Mélenchon auxquels je suis totalement réfractaire et il m'était arrivé quelque chose de semblable avec Ségolène qui, au départ m'avait beaucoup enthousiasmée et cela d'autant plus que son travail de ministre avait été remarquable et ce, à tel point que l'autre disjoncté n'est pas arrivé à le détruire totalement.

Actuellement je retombe sur des travaux menés à son époque et j'en bée d'admiration. J'en veux à tous ceux qui l'ont descendue pour des raisons stupides et à qui ont doit ces cinq années qui ont dévitalisé les cerveaux des gens autour de moi et à ceux qui se moquent d'Eva Joly avec la même grossièreté. Mais il est finalement assez simple de comprendre pourquoi : ces deux femmes, pour des raisons différentes en apparence, mais semblables sur le fond, représentent un vrai danger pour ceux qui manipulent les règles du jeu : elles sont profondément intègres et tenaces tout en restant tout aussi profondément humaines.

Bon, je suis hors sujet mais je stresse un maximum, j'ai la trouille que les cerveaux réduits de mes concitoyen ne les amène à voter vénhaineux mâle et femelle...