L' aéroport international du Cap bientôt rebaptisé

L'aéroport international du Cap sera bientôt rebaptisé du nom Winnie Mandela (ex-épouse de Nelson Mandela) après des négociations engagées depuis mars entre la Compagnie aérienne sud-africaine (ACSA) et le ministère des transports.

Le Cap Le Cap
Trois autres candidats figuraient dans la liste : l'ancien Président d'Afrique du Sud Nelson Mandela, décédé en 2013, Albertina Sisulu -ancienne députée de l'ANC et militante anti-apartheid décédée en 2011- et Robert Subokwe -fondateur du PAC (Pan African Congress)- décédé en 1978.

Un choix révélateur dans un contexte de plus en plus difficile en Afrique du Sud, où les tensions entres communautés et les inégalités croissantes font réapparaître les anciennes plaies du passé sur fond d'affaires de corruption. Le Président Jacob Zuma avait d'ailleurs été contraint de démissionner en février.

Si Nelson Mandela avait accompli la prouesse de réconcilier les communautés blanches et noires par une reconquête pacifique du pouvoir, Winnie Mandela était semble-t-il beaucoup moins consensuelle, radicale et clivante. Séparée de son mari, elle remettait en cause sa ligne politique selon elle trop indulgente envers les blancs, lui reprochant d'avoir laissé tombé la communauté noire. Certes, l'héritage politique de Nelson Mandela ne peut être exempt de critiques. Le chemin vers la réconciliation s'est fait aussi au prix d'un libéralisme économique qui creuse les inégalités.

Winnie Mandela ne craignait pas non plus les provocations par des formules choc "un boer, une balle" et n'hésitait pas à qualifier de "crétin" l'archevêque Desmond Tutu, proche de Steve Biko, fondateur du Mouvement de Conscience noire qui luttait à la fois contre l'apartheid tout en désavouant les actes de représailles et de vengeance. Son parcours, entaché par une éventuelle implication du meurtre d'un jeune activiste membre de l'ANC qu'elle soupçonnait d'espionnage pour le gouvernement blanc mais également d'affaires de fraudes qui lui ont valu d'être condamnée font d'elle un personnage relativement sulfureux mais néanmoins très populaire dans les townships.

Albertina Sisulu, militante anti-apartheid moins radicale qui a participé à la transition pacifique vers une démocratie multiraciale aurait peut-être été un choix plus fédérateur pour l'aéroport du Cap.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.