Affaire Thierry Michel Atangana: sortir des faux-semblants et du double discours

Affaire Thierry Michel Atangana: sortir des faux-semblants et du double discours

Comme à son habitude depuis l’avènement de son régime le 06novembre1982, PaulBIYA n'accorde d'entretiens aux journalistes qu'au sortir de ses rencontres avec les locataires de l'Élysée. C'est généralement l'occasion de se montrer prolixe en avancées démocratiques, succès économiques, et protection des droits de l'Homme au Cameroun.

 

L'homme du 06 novembre n'aura pas été avare en auto-satisfecits le 30janvier2013 au sortir de sa rencontre avec FrançoisHollande:

 

«Il n'y a pas de problème de droit de l'Homme au Cameroun» (…) «Les Camerounais sont parmi les Africains les plus libres.

Je sais quil y a des personnes qui commettent des délits, et qui pour faire bonne figure disent quils sont desprisonniers politiques ().

«Leproblème de MichelThierryATANGANA, que j'aiconnu dans des dossiers, je ne le connais pas personnellement,

donc il ne peut pas être un ennemi politique, c'est unhomme qui a été condamné par les tribunaux pour détournement dedeniers.

Et son affaire est en instance. Il a fait appel et il a saisi également laCoursuprême.

Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu'il y a lieu de faire. Notre souci c'est qu'il y ait le maximum de gens libres,

mais je ne veux pas contrarier les décisions de justice.»

 

Comment ne pas croire PaulBIYA, émanation de l'État et de la JusticeauCameroun?

 

Le comité de soutien à Michel Thierry ATANGANA ne veut surtout pas contrarier outre-mesure un Président de la République avec la triste réalité des accusations cousues de toutes pièces, des procédures et procès judiciaires de bric et de broc, des condamnations arbitraires en cascades, d'appels et autres recours restés sans suite... Parce que ces faits consécutifs depuis plus de 15 années n'honorent ni le Cameroun, ni les belles et généreuses déclarations du Président Paul BIYA sur le Perron de l'Elysée le 30 janvier 2013.

 

D'oùl'urgencedesortirlatêtehautedesfaux-semblantsetdudoublediscoursofficielsdèsle05AvrilProchain!Par la reconnaissance de l'innocence et la libération immédiate d'un Homme de 48 ans, qui croupit depuis 1997 dans les sous-sols du Secrétariat d’État à la Défense du Cameroun (SED), pour des crimes économiques qui lui sont prêtés et qu'il n'a pas commis.

 

En effet comme l'indiquait subrepticement le Président du Cameroun à l'Élysée, c'est levendredi05avril2013 que la Cour suprême doit se prononcer sur le recours introduit par Michel Thierry Atangana à la suite de sa énième condamnation arbitraire le 04 octobre 2012.

 

Donc Acte!

Par Joël Didier Engo

Pour le ComitédesoutienàMichelThierryATANGANA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.